Colibri oreillard

Heliothryx auritus - Black-eared Fairy

Systématique
  • Ordre
    :

    Apodiformes

  • Famille
    :

    Trochilidés

  • Genre
    :

    Heliothryx

  • Espèce
    :

    auritus

Descripteur

Gmelin, JF, 1788

Biométrie
  • Taille
    : 14 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 4.6 à 6.3 g
Distribution

Distribution

Description identification

Ce colibri de taille moyenne a des parties supérieures vert brillant qui contrastent avec leur dessous blanc. La face est maculée d'une longue tache qui forme une sorte de masque sombre qui est un étrange mélange de pourpre scintillant et de noir. Le bec est court, étroit et de couleur noire. La queue a un centre bleu-noir et des rectrices externes blanches. Lorsqu'ils sont perchés, la queue paraît évidemment très clair sur le dessous et très foncée sur le dessus.
La femelle a une taille approximativement similaire à celle de son partenaire. Cependant, les rectrices paraissent plus longues.
Le Colibri oreillard ressemble au Colibris féérique mais ses rectrices sont plus allongées chez les femelles.
Cependant, chez certaines sous-espèces, le mâle exhibe un trait malaire vert sur la gorge. Ce dernier caractère ornemental est absent ou très dilué chez la femelle. La gorge et le haut de la poitrine sont saupoudrés de taches grises. Les 3 rectrices les plus externes sont nettement blanches, terminées par une étroite bande noire. Les juvéniles sont semblables à la femelle, les plumes de la tête et du cou étant liserées de couleur or et cannelle.
La sous-espèce H. a. auriculatus a de nombreuses variations claires. Les côtés de la gorge sont nuancés de vert clair.

Indications subspécifiques 3 Sous-espèces

  • Heliothryx auritus auritus (se Colombia and e Ecuador through Venezuela, the Guianas and n Brazil)
  • Heliothryx auritus phainolaemus (nc Brazil. s of the Amazon.)
  • Heliothryx auritus auriculatus (e Peru to c Bolivia and c and e Brazil)

Noms étrangers

  • Black-eared Fairy,
  • Colibrí Hada Oriental,
  • Beija-flor-de-bochecha-azul,
  • Schwarzohrelfe,
  • feketefülű tündérkolibri,
  • Zwartoorfeeunkolibrie,
  • Fatina guancenere,
  • Svartkindad blomnymf,
  • Grønnkronealv,
  • jagavička bielobruchá,
  • kolibřík černouchý,
  • Sortøret Alfekolibri,
  • viherkeijukolibri,
  • colibrí fada orellut,
  • skrzacik czarnouchy,
  • Черноухий ушастый колибри,
  • ミミグロセンニョハチドリ,
  • 黑耳仙蜂鸟,
  • 黑耳仙蜂鳥,

Voix chant et cris

Colibri oreillard
♂ adulte

Les Colibris oreillards émettent des "Pchi" ou des "Psit", plus ou moins rudes et plus ou moins aigus. Ils servent pour exprimer leur agressivité et ont pour but de défendre les territoires pauvres en nectars et insectes.

Habitat

Les Colibris oreillards fréquentent principalement les forêts humides de basse altitude, les lisières des zones boisées et les parcelles en cours de régénération à des altitudes qui peuvent atteindre jusqu'à 800 mètres. En fait, ils sont particulièrement communs en-dessous de 400 mètres. Dans les parcelles denses, ils recherchent leur nourriture de l'étage moyen jusqu'à la cime des plus grands arbres.

Comportement traits de caractère

Comme c'est le cas pour les autres espèces d'oiseaux-mouches, les poussins ne sont nourris que lors des 2 premières semaines. À partir du douzième jour, les parents leur accordent une grande autonomie même lorsque les nuits sont très fraiches. Ils font preuve d'une grande ingéniosité, utilisant les feuilles d'automne pour se laisser tomber, se protégeant ainsi contre les rapaces. De manière générale, les Colibris oreillards sont majoritairement sédentaires et se déplacent en solitaire.

Alimentation mode et régime

Les nourritures fournies aux jeunes sont très riches en protéines. Les mères procurent la nourriture aux petits en poussant dans la gorge, de leur long bec droit, les insectes semi-digérés. La pitance parvient directement dans l'estomac des jeunes, ce qui accélère leur croissance et leur développement.
Les Colibris oreillards reçoivent principalement des insectes et des plantes fleurissantes qu'ils attrapent dans les plantes grimpantes, les épiphytes et les arbres. Celles-ci appartiennent aux familles suivantes : rubiacées, passifloracées, léguminacées dont ils percent la corolle pour prélever le nectar. Ces nourrisseurs végétariens chassent les insectes au cours de poursuites aériennes, à tous les niveaux des sous-bois, du sol jusqu'à la cime. Parfois, ils se précipitent à travers les feuillages, navigant rapidement de perchoirs en perchoirs avant de capturer leurs proies.

Reproduction nidification

Pendant et en dehors de la saison de reproduction, les Colibris oreillards mâles ont une activité presque exclusivement solitaire. La seule occupation dans laquelle, ils s'impliquent semble se concentrer sur la séduction d'une compagne pour la saison à venir. Les femelles prennent en charge la plupart des tâches, notamment la construction du nid et la couvaison de la ponte. On ignore si l'actuelle compagne est entièrement nouvelle ou si elle a déjà assuré précédemment une matriarcat pour le même partenaire.
Pour parvenir à ses fins, le mâle séducteur utilise une parade aérienne qui a la forme d'un U et se place devant celle dont il sollicite les faveurs. Dès que l'accouplement est accompli, les présumés et éphémères couples s'empressent de mettre un terme aux faibles liens conjugaux. Toutefois, un mâle peut avoir de nombreuses femelles dans le voisinage. De même, bien que le phénomène soit plus rare, la femelle peut fréquenter plusieurs mâles. Les mâles ne jouent aucun rôle dans le choix du site, dans la construction du nid et l'élevage des poussins.
Le nid est une construction en forme de coupe, bâti avec des fibres végétales mêlées avec des mousses, il est placé dans une broussaille, un buisson ou un petit arbre moussu, ce qui le camoufle fort bien de l'extérieur, entre 3 et 30 mètres au-dessus du sol.
Chaque couvée contient en moyenne 2 œufs blancs qui sont incubés pendant 15 jours. Le mâle joue le rôle de sentinelle et défend le territoire et les fleurs dont il dépend pour la nourriture. Les poussins naissent aveugles, invalides, totalement nus et sans le moindre duvet. Dans l'environnement immédiat du nid, la femelle défend la nourriture régurgitée, ce qui correspond à des insectes partiellement digérés.

Distribution

H. a. auritus - sud-est de la Colombie et est de l'Équateur en passant par le nord du Brésil (nord de l'Amazone), le nord-est du Venezuela (est de Sucre) et les Guyanes.
H. a. phainolaemus - nord-centre du Brésil (sud de l'Amazone, au Pará et Maranhão).
H. a. auriculatus (Nordmann) - est du Pérou et centre de la Bolivie jusqu'au centre du Brésil (Amazonia au sud de l' Amazone,en direction de l'est) à travers le Mato Grosso jusqu'au Rio Tapajós) - est du Brésil (de Bahia Sus à Espírito Santo et au sud de Minas Gerais et São Paulo, irrégulièrement aperçu jusqu'à Santa Catarina).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les Colibris oreillards ont une aire de distribution extrêmement étendue. En dépit du fait que la population soit en léger déclin, il ne semble pas que la cadence avec laquelle leurs effectifs diminuent constitue une menace irréversible pour l'espèce. Les effectifs précis ne sont pas connus, mais les Colibris oreillards sont considérés comme de préoccupation moindre, comme lors de leur précédent classement. Les Colibris oreillards sont surtout aperçus au Venezuela et au nord du Brésil dans les espaces protégés.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Colibri oreillardFiche créée le 11/04/2018 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net