Colibri sombre

Cynanthus sordidus - Dusky Hummingbird

Systématique
  • Ordre
    :

    Apodiformes

  • Famille
    :

    Trochilidés

  • Genre
    :

    Cynanthus

  • Espèce
    :

    sordidus

Descripteur

Gould, 1859

Biométrie
  • Taille
    : 10 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : -
Distribution

Distribution

Description identification

Chez le mâle adulte, les parties supérieures varient généralement du vert-bronze métallique foncé au bronze verdâtre. La queue est plus terne et plus grisâtre, elle a des bases sombres qui sont surtout visibles sur les rectrices latérales.
En arrière de l'œil, on dirait qu'il y a une petite étiquette autocollante blanche qui est apposée sur le dessus des couvertures auriculaires sombres.
Les parties inférieures affichent une teinte gris fuligineux qui présente la particularité d'être un peu plus sombre sur la gorge. On aperçoit très nettement des touffes blanchâtres au milieu du fémur et une touffe de plumes blanches de chaque côté du croupion.
Les iris sont bruns, les pattes sont ténébreuses. Le bec est rouge, avec une petite extrémité sombre.
Les femelles sont très identiques à leur partenaire, mais il y a une large zone subterminale grise ou brune sur les rectrices latérales. Les immatures ressemblent à leurs parents, néanmoins leurs rectrices extérieures sont étroitement bordées de chamois.
Le bec est plus ou moins teinté de noirâtre et exhibe quelques stries parallèles et obliques sur la surface supérieure du culmen. Ce trait est apparemment caractéristique à tous les jeunes colibris.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Dusky Hummingbird,
  • Colibrí Prieto,
  • Braunkopfkolibri,
  • barnafejű kolibri,
  • Bruinkopkolibrie,
  • Colibrì fosco,
  • Dunkelkolibri,
  • Dunkelkolibri,
  • kolibrík smútočný,
  • kolibřík temnobřichý,
  • Mosgrøn Brednæbskolibri,
  • savukolibri,
  • colibrí fosc,
  • pląśnik ciemny,
  • Буроголовый цинантус,
  • ブロンズアカハシハチドリ,
  • 暗阔嘴蜂鸟,
  • 烏闊嘴蜂鳥,

Voix chant et cris

Les vocalisations sont très semblables à celles des Colibiris de Circé (Cynanthus latirostris), mais les notes ont une tonalité plus douce et un aspect plus postillonnant.
Les Colibris sombres émettent aussi des notes un peu plus bourdonnantes qui se mêlent à un gazouillement calme et qui constituent vraisemblablement un chant.

Habitat

Les Colibris sombres fréquentent les zones boisées ouvertes, en particulier les habitats qui comprennent une quantité assez importante de broussailles subtropicales arides. On peut les apercevoir au bord des routes, dans les jardins et dans les lieux assez semblables qui sont remarquables pour leur diversité en buissons.
Ces endroits contiennent également une assez grande densité en perchoirs élevés parmi lesquels les agaves bénéficient d'une nette préférence.
Les Colibris sombres vivent habituellement à des altitudes qui varient de 900 à 2 200 mètres. D'après Blindford et Johnsgard, les nids sont habituellement placés à une hauteur de 1 600 mètres. D'après les spécialistes, pendant la période nuptiale, cet oiseau établit une aire de nidification dans les lieux suivants : 66% dans les forêts d'épineux, 26% dans les forêts caduques ayant subi de légères transformations et 7% dans les boisements tropicaux caduques.

Comportement traits de caractère

Les Colibris sombres sont des oiseaux sédentaires. On n'a rapporté aucunes migrations plus ou moins distantes quelques soient les saisons.
D'après Howell et Cobb, ces oiseaux déploient et remuent la queue lorsqu'ils se restaurent. Cette attitude est commune à de nombreuses espèces de la famille des Trochilidés.

Alimentation mode et régime

On ne connaît pas grand chose sur l'alimentation des Colibris sombres. Ces oiseaux se restaurent à l'étage moyen et supérieur des arbres. Par contre, on n'a pas de détails sur la liste des aliments qui composent le menu.
D'après le Handbook des oiseaux du monde rédigé par Del Hoyo et Christie, le régime est constitué de plantes dont la teneur en nectar est importante. Ils apprécient particulièrement les cactus du genre Castilleja et Opunita.
Ils sont très actifs sur les agaves et sur les goyaves dont le fleurissement est très abondant.
Les Colibris sombres chassent aussi de petits arthropodes comme le font aussi les autres petits oiseaux-mouches.

Reproduction nidification

Chez les Colibris sombres, la période nuptiale et la saison de nidification s'étendent pendant un grand nombre des mois de l'année : mars à mai, août, ainsi que novembre et décembre.
Il apparaît cependant que cet oiseau soit très opportuniste et capable de s'adapter aux conditions climatiques et biologiques qui ne lui sont pas les plus favorables. Les nids sont particulièrement actifs lorsque le taux d'humidité est relativement important dans les régions semi-arides.
En 1984, Rowley a signalé que les périodes les plus avantageuses pour les pontes ont lieu en novembre, décembre et mars. Les nids des Colibris sombres (Cynanthus sordidus) sont des petites structures qui ont un aspect assez semblable à ceux des Colibris de Circé (Cynanthus Latirostris).
Aucune information n'est disponible en ce qui concerne la biologie reproductive de cet oiseau. On sait simplement que la couvaison et la durée du séjour des jeunes au nid sont plutôt identiques à l'espèce précédemment nommée.

Distribution

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les Colibris sombres ne sont pas véritablement menacés. Ils sont répandus dans à peu près toutes les régions de leur aire de distribution et ils acceptent toutes les sortes d'habitats y compris ceux qui sont modifiés par les activités humaines.
Au Mexique, ils sont observables dans de nombreuses zones protégées qui couvrent le centre et le nord du territoire (Puebla, Oaxaca). D'après Birdlife international, la superficie de leur territoire est équivalente à 102 000 kilomètres carrés. En l'absence de véritables dangers, les effectifs semblent stables.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 01/05/2017 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net