Eider à lunettes

Somateria fischeri - Spectacled Eider

Systématique
  • Ordre
    :

    Ansériformes

  • Famille
    :

    Anatidés

  • Genre
    :

    Somateria

  • Espèce
    :

    fischeri

Descripteur

von Brandt, JF, 1847

Biométrie
  • Taille
    : 58 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 1400 à 1800 g
Distribution

Distribution

Description identification

Il est plus petit que l'eider à duvet, mais de proportions similaires. Il est immédiatement identifiable à l'aspect de sa tête unique : emplumage du bec jusqu'aux narines et lunettes visibles en toutes saisons. Le dimorphisme sexuel est vraiment évident . De plus, le plumage subit des variations saisonnières.

En plumage nuptial, l'adulte mâle présente un front, un milieu de calotte et une nuque vert-olive un peu terne, les plumes paraissant un peu ébouriffées. Un grand disque blanc bordé de noir autour de l'oeil et constitué de petites plumes raides forme ce qu'il est convenu d'appeler 'des lunettes'. La gorge, le haut de la poitrine et le dessus (comprenant les scapulaires incurvées et allongées) sont blanc terne. Le dessous, queue, sus-caudales, croupion et bas du dos sont noir-ardoisé. Un espace blanc occupe les côtés du bas-ventre . Les couvertures sus-alaires blanches contrastent avec les grandes couvertures et le reste du dessous des ailes noirâtre. Le dessous des ailes est gris fumé, les axillaires blanches. La femelle présente un ensemble d'un brun-roux chaud qui rappelle celui des deux autres grands eiders par ses rayures et ses barres sombres. La tête et le devant du cou sont plus pâles que chez le mâle. Les lunettes brun clair sont moins évidentes mais toujours visibles en raison du contraste qu'elles produisent avec le brun du front et l'iris foncé. Le dessus des ailes est brun foncé , le dessous brun-grisâtre terne avec des zones pâles notamment aux axillaires. Les juvéniles ressemblent aux femelles. Toutefois, les barres sont plus étroites dessus et les lunettes, à peine esquissées, sont néanmoins visibles.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Spectacled Eider,
  • Eider de Anteojos,
  • Êider-de-lunetas,
  • Plüschkopfente,
  • pápaszemes pehelyréce,
  • Очковая гага,
  • 白眶绒鸭,
  • Brileider,
  • Edredone dagli occhiali,
  • Glasögonejder,
  • Brilleærfugl,
  • edredon okularowy,
  • kajka okuliarnatá,
  • kajka brýlatá,
  • Brilleederfugl,
  • silmälasihaahka,
  • ,
  • メガネケワタガモ,

Voix chant et cris

C'est un oiseau assez silencieux. En parade, le mâle émet un roucoulement faible qui ne porte pas très loin. La femelle lance un croassement bref et rauque rappelant celui du Grand Corbeau.

Habitat

L'eider à lunettes niche dans la toundra côtière et localement à l'intérieur des terres jusqu'à 120 kilomètres des côtes. En été, il fréquente les eaux côtières , les lacs et les rivières et les lacs de la toundra ; en hiver, il se tient en pleine mer, à la limite méridionale du pack. On trouve l'eider à lunette sur les côtes de Sibérie Orientale de l'embouchure de la Léna jusqu'au Kamtchatka. En Amérique du Nord, il fréquente le littoral nord et ouest de l'Alaska jusqu'au fleuve Colville.

Comportement traits de caractère

On ne connaît pas tout sur ses habitudes comportementales car c'est le plus secret des eiders. Il est sociable mais les troupes qu'il forme sont moins importantes que celles des autres espèces. Sur les lieux de reproduction, il se comporte comme un canard de surface. A terre, il adopte une allure particulièrement maladroite.

Alimentation mode et régime

Pendant la saison de reproduction, son régime principal est composé d'insectes, et dans une moindre proportion de mollusques, de crustacés et de plantes aquatiques. En hiver, en pleine mer, il se nourrit de palourdes et d'autres mollusques qu'il peut aller chercher à des grandes profondeurs.

Reproduction nidification

La formation des couples intervient sans doute à la fin de l'hiver. En effet, les eiders à lunettes qui arrivent sur les lieux de nidification en mai-juin sont déjà appariés. Ils nichent en couples isolés mais également en colonies lâches, souvent à proximité d'autres anatidés (surtout des oies et des cygnes). La période de construction du nid correspond avec celle de la fonte des glaces. La femelle peut restaurer un ancien nid ou entreprendre une nouvelle construction en forme de boule qu'elle garnit de végétaux disponibles et de duvet. Au début de l'incubation ou peu de temps avant la ponte, les mâles quittent les femelles et entreprennent une migration de mue vers la mer de Béring. La taille de la ponte est généralement de 4 à 5 oeufs que la femelle couve seule pendant environ 24 jours. Si la couvée est détruite en début de saison par des renards, des visons, des labbes ou des goélands qui sont les prédateurs habituels des nids, la femelle peut réaliser une ponte de substitution.Les jeunes sont précoces et capables de se nourrir un ou deux jours après l'éclosion mais les mères continuent à les surveiller et à les aider pendant encore quatre semaines jusqu'à ce qu'ils soient totalement autonomes. On pense que les femelles quittent les lieux de reproduction avec les jeunes capables de voler et effectuent leur mue loin des côtes.

Distribution

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 08/05/2005 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net