Gravelot oriental

Charadrius veredus - Oriental Plover

Systématique
  • Ordre
    :

    Charadriiformes

  • Famille
    :

    Charadriidés

  • Genre
    :

    Charadrius

  • Espèce
    :

    veredus

Descripteur

Gould, 1848

Biométrie
  • Taille
    : 26 cm
  • Envergure
    : 46 à 53 cm.
  • Poids
    : 95 g
Distribution

Distribution

Description identification

Cet élégant pluvier affiche une tête et un cou couleur crème contrastant avec la nuque brune. La bande pectorale rousse est soulignée par une large ligne noire qui sert de séparateur avec le blanc du ventre et des sous-caudales. Les pattes sont jaunâtres ou rosâtres, nettement plus brillantes que celles du Pluvier asiatique. Les pattes et le cou sont relativement plus allongés que chez ce dernier. Le sourcil est toujours plus large et la ligne pectorale sombre est souvent plus épaisse.
Chez la femelle, la bande pectorale est moins rousse, plus pâle et n'est pas soulignée de noir. La tête est plus brune, si bien que le sourcil, le front, le menton et la gorge blanchâtres paraissent plus contrastés. En vol, la bande alaire blanche est absente, même si on peut apercevoir des terminaisons claires à l'extrémité des couvertures alaires et sur les vexilles externes de certaines rémiges primaires.
Le mâle en plumage éclipse ressemble à la femelle nuptiale mais la bande pectorale est plus diffuse et la face plus chamoisée. Les juvéniles sont semblables aux adultes non nuptiaux, mais avec des liserés clairs plus visibles sur les parties supérieures. Selon les saisons, les gravelots orientaux sont plus ou moins confondus avec les gravelots mongols et les gravelots de Leschenault, bien que ces derniers soient plus petits et plus compacts.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Oriental Plover,
  • Chorlito Asiático Grande,
  • Batuíra-oriental,
  • Steppenregenpfeifer,
  • barnaszárnyú lile,
  • Восточный зуёк,
  • 东方鸻,
  • Steppeplevier,
  • Corriere orientale,
  • Orientpipare,
  • Steppelo,
  • sieweczka stepowa,
  • kulík podkovár,
  • kulík rezavoprsý,
  • Gobipræstekrave,
  • gobintylli,
  • ,
  • オオチドリ,

Voix chant et cris

En vol, le gravelot oriental produit un sifflement rude "chip-chip-chip". Dans d'autres circonstances qui ne sont pas toujours élucidées, il lance des cris en forme de trille ainsi qu'un "kink" sifflant et bref.

Habitat

Les gravelots orientaux fréquentent les zones arides de l'intérieur des terres, et plus particulièrement les lieux caillouteux qui longent les rivières ou les lacs d'eau douce et d'eau saumâtre. En dehors de la période de nidification, on peut les observer dans les prairies sèches et dans les plaines intérieures qui sont pourvues d'une végétation clairsemée. Ils alternent avec des parcelles dont le sol est nu. A cette époque de l'année, ces gravelots peuvent aussi être aperçus dans les terres argileuses, sur les terrains de jeu, les pelouses et dans des pâturages à bétail, dans des champs ayant subi de récents incendies. On les trouve également dans les terres nues qui bordent les zones humides, dans les vasières, les bancs de sable même s'ils sont éloignés de l'eau.
Les gravelots orientaux peuvent se reposer sur les plages pendant la journée.

Comportement traits de caractère

Quand ils se nourrissent, ces oiseaux sont assez grégaires. On les trouve alors en petites troupes ou en bandes qui comprennent parfois des centaines d'oiseaux, en compagnie d'autres catégories d'échassiers et avec des oiseaux aquatiques. Dans le nord-ouest de l'Australie, dans des régions de grandes plages, les gravelots orientaux se reposent pendant la journée et se nourrissent après la tombée de la nuit.
La plupart de ces gravelots quittent les lieux de nidification en juillet. Les mâles volent en tête et indiquent la route jusqu'en Australie, qui passe par la Corée, Hong-Kong, les Philippines et la Nouvelle-Guinée. A l'aller comme au retour, des aires de pause sont prévues dans la vallée du Yangtzé, au centre de la Chine. Entre la Chine et l'Australie, il n'existe pas ce genre de lieux, ce qui suggère des voyages de nuit sans halte pour le dernière partie du trajet descendant. Comme chez la plupart des grands migrateurs, il y a des vagabonds au-delà des zones normales d'hivernage ; jusqu'en Finlande à l'ouest et jusqu'en Nouvelle-Zélande à l'est.

Alimentation mode et régime

Peu de renseignements son disponibles. Ces échassiers se nourrissent principalement de coléoptères ainsi que d'autres sortes d'insectes tels que les termites, les sauterelles et les punaises. Les escargots et les graines, en petite quantité, constituent le reste du régime alimentaire.

Reproduction nidification

Gravelot oriental
♂ adulte nuptial

Les gravelots orientaux nichent pendant la période qui s'étale du mois d'avril au mois de juillet. ils se reproduisent en couples isolés. Seules les femelles prennent en charge les taches relatives à la couvée. Le Handbook des oiseaux du Monde ne fournit pas d'informations supplémentaires.

Distribution

Ces échassiers de taille moyenne ont 2 aires de répartition très différentes. Au printemps, ils nichent dans le nord de l'Asie, plus particulièrement en Mongolie Extérieure, son territoire débordant légèrement en Sibérie Orientale dans la région du lac Baïkal et en Chine, dans l'extrême ouest de la Mandchourie. A la fin de l'été, ces oiseaux migrent vers le sud et ils vivent exclusivement sur la côte nord du continent australien, de Denham en Australie Occidentale jusqu'aux environs de Brisbane, dans le Queensland. Au Niveau du golfe de Carpentaria, ces oiseaux font une avancée significative vers l'intérieur des terres. Quelques populations isolées habitent dans le sud.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les gravelots orientaux s'accomodent très bien de la présence des humains. Ils utilisent un grand nombre d'habitats artificiels qui ont éré conçus par eux, tels que les aérodromes, les aires de jeux, les jardins publics des zones urbaines. A la campagne, ils tirent également profit des constructions humaines : les réservoirs, les barrages, les prairies où paissent les troupeaux et les champs labourés.
Les lieux de passage pendant la migration demeurent cependant des zones de turbulence et de danger, étant par excellence des endroits de pression économique et sociale où s'exercent la chasse, la destruction partielle des zones favorables et la pollution.
D'après le Handbook, la population mondiale est estimée environ à 70 000 oiseaux, avec au moins 40 000 migrants an Australie. Plusieurs sites sont mondialement connus pour leur abondance en gravelots orientaux : Port Hedland (30 000 oiseaux dans la région du Pilbara, non loin de Perth), Eighty-mile Beach (18 000 oiseaux entre le Grand Désert de sable et l'océan Indien), baie de Roebuck (8 700 oiseaux sur la côte proche de la région de Kimberley).
La plupart des organisations ornithologiques classe cette espèce comme de préoccupation moindre (LC).

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 02/05/2015 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net