Iranie à gorge blanche

Irania gutturalis - White-throated Robin

Iranie à gorge blanche
♂ adulte nuptial
Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Muscicapidés

  • Genre
    :

    Irania

  • Espèce
    :

    gutturalis

Descripteur

Guérin-Méneville, 1843

Biométrie
  • Taille
    : 17 cm
  • Envergure
    : 27 à 30 cm.
  • Poids
    : 23 à 30 g
Distribution

Distribution

Description identification

Ce turdidé furtif du Moyen-Orient possède un corps plutôt allongé et une queue longue, il rappelle un grand rougequeue massif mais son comportement se rapproche davantage de celui des rossignols. La combinaison de la longue queue avec le bas-ventre blanc et les flancs chamois-roux est diagnostique. Le plumage du mâle est particulièrement frappant, le masque facial noir contrastant avec la gorge blanche, l'étroit sourcil blanchâtre, les parties supérieures grises ou bleutées et la poitrine chamois orangé. A l'envol, la queue noire tranche avec le dessus.
La femelle et les individus de premier hiver présentent une livrée gris-brun terne avec des flancs chamois orangé parfois cachés par les ailes. Le cercle oculaire et la gorge sont pâles, la queue noirâtre, rappelant un Robin à flancs roux. Toutefois, il sont plus grands, plus massifs et avec une queue jamais bleutée. La confusion est également possible avec le traquet à queue noire, bien que celui-ci ne possède pas de flancs roux et adopte un comportement et un habitat quelque peu différent.
Les juvéniles sont fortement tachetés de pâle dessus. Le dessous chamois pâle est finement écaillé de sombre et la couleur orange est absente sur les flancs. La longue queue noire associée à la forte taille doit de toutes façons permettre la distinction avec les autres petits turdidés juvéniles.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • White-throated Robin,
  • Petirrojo de Irán,
  • Pisco-de-garganta-branca,
  • Weißkehlsänger,
  • fehértorkú fülemüle,
  • Perzische Roodborst,
  • Pettirosso golabianca / Irania,
  • Vitstrupig näktergal,
  • Hvitstrupenattergal,
  • iránka bielohrdlá,
  • iranie bělohrdlá,
  • Hvidhals,
  • kivikkosatakieli,
  • rossinyol persa,
  • Sólskotta,
  • iranka,
  • baltrīklīte,
  • belogrlež,
  • Соловей-белошейка,
  • ノドジロコマドリ,
  • 白喉鸲,
  • 白喉鴝,

Voix chant et cris

Son cri de contact est un 'tchi-liit' dissyllabique, rappelant la Bergeronnette grise. En cas d'inquiétude, elle émet un 'tyêk' claquant, et en cas d'alarme, un 'tyurrr' grinçant. Son chant est un gazouillis très rapide, avec beaucoup de sifflements aigus et de sons durs et grinçants, émis à une si grande vitesse qu'ils semblent se télescoper.

Habitat

Cette espèce localement commune fréquente les pentes buissonneuses et les ravins broussailleux, souvent à proximité des cours d'eau, sur les coteaux arides. On la trouve également dans les petits ravins pierreux, avec genévriers, amandiers et autres arbustes épars ou dans les herbes envahissantes à la lisière de steppes montagneuses. L'iranie à gorge blanche niche dans la partie centrale et orientale de la Turquie, l'extrême nord de l'Irak, de l'Iran et de la Syrie, ainsi que dans le sud de la Transcaucasie, au Liban et dans le nord d'Israël, à des altitudes qui dépassent souvent les 1000 mètres.

Comportement traits de caractère

L'iranie à gorge blanche se tient habituellement assez bas sous le couvert, volant rapidement entre deux buissons si elle est effarouchée. Elle relève nerveusement la queue et laisse pendre ses ailes quand elle est posée. Lorsqu'elle court et sautille au sol, avec la queue relevée, elle laisse apparaître ses sous-caudales blanches.
L'iranie à gorge blanche est migratrice, prenant ses quartiers d'hiver dans une zone plutôt restreinte en Afrique Orientale. Au Kenya, elle s'installe sur le plateau au nord et à l'est des zones montagneuses. En Tanzanie, elle est surtout présente dans le nord-est et dans le centre aride du pays.

Alimentation mode et régime

Pendant la saison de reproduction, l'iranie à gorge blanche se nourrit principalement d'insectes. Elle recherche sa nourriture sur le sol en retournant le tapis de feuilles. Elle s'alimente également dans le feuillages des buissons et dans les arbres.

Reproduction nidification

La saison de nidification intervient à la mi-mai en Arménie. Le nid en forme de coupe est placé dans la partie basse d'un arbuste ou d'un petit arbre, sur une petite souche ou dans la fissure d'un tronc. Les parois externes sont en feuilles d'herbe sèche, en brindilles et en écorce tandis que l'intérieur est tapissé de duvet végétal, de crins, de quelques plumes, de morceaux de chiffon, de papier et de laine de mouton. La femelle y dépose 4 à 5 oeufs de forme elliptique, de couleur bleu verdâtre avec des taches jaunâtres ou brun roussâtre qui s'accumulent sur la partie la plus large. L'incubation dure 13 à 15 jours. Elle est assurée presque exclusivement par la femelle, bien que le mâle prenne le relais lorsque cette dernière s'absente du nid.

Distribution

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 21/11/2006 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net