Marabout d'Afrique

Leptoptilos crumenifer - Marabou Stork

Systématique
  • Ordre
    :

    Ciconiiformes

  • Famille
    :

    Ciconiidés

  • Genre
    :

    Leptoptilos

  • Espèce
    :

    crumenifer

Descripteur

(Lesson, 1831)

Biométrie
  • Taille
    : 152 cm
  • Envergure
    : 225 à 287 cm.
  • Poids
    : 5000 à 8900 g
Distribution

Distribution

Description identification

Enorme, chauve, disgracieux, pourvu d'un bec imposant, sont les quatre qualificatifs qui caractérisent le mieux le marabout d'Afrique. Tous ces détails, s'ajoutant au dessus gris-ardoise, au dessous blanchâtre, aux longues pattes sales et à la collerette ébouriffée, rendent cet oiseau très reconnaissable. Les adultes peuvent présenter une poche gulaire nue et pendante lorsque le cou est étendu. Au sol, les marabouts adoptent une posture très caractéristique : debout avec la tête rentré dans les épaules ou assis sur les tarses. En vol, contrairement aux autres ciconiiformes, ils volent le cou replié à la façon des hérons.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Marabou Stork,
  • Marabú Africano,
  • Marabu,
  • Marabu,
  • afrikai marabu,
  • Африканский марабу,
  • 非洲秃鹳,
  • Afrikaanse Maraboe,
  • Marabù africano,
  • Marabustork,
  • Marabustork,
  • marabut afrykański,
  • marabu zdochlinár,
  • marabu africký,
  • Marabustork,
  • afrikanmarabu,
  • Maraboe,
  • アフリカハゲコウ,

Habitat

Bien que souvent observé dans les marais ou au bord des lacs et cours d'eau africains, le marabout n'est pas lié à l'eau. Il vit et se nourrit aussi dans la brousse aride et dégagée et la savane arborée, partout où la température est assez élevée pour produire des courants thermiques aériens sur lesquels il plane en cercles.

Comportement traits de caractère

La plupart sont sédentaires mais ceux du sud et du nord peuvent se déplacer vers le centre du continent pour y nicher. Le marabout est confiant, se laisse approcher et s'aventure souvent près des villages pour se nourrir aux décharges. On peut le voir seul mais il forme plutôt de petites bandes et se réunit sur les sites de nourrissage ou pour les déplacements migratoires. C'est lorsqu'il plane que le marabout apparaît dans toute sa majesté, patte et cou étendus. Il est alors facile à identifier grâce à sa grande taille et à son bec massif. En raison de sa taille et de son poids, il plane longuement, sans battre des ailes afin d'économiser l'énergie. La particularité la plus frappante du marabout est son énorme sac gulaire dont l'utilité n'est pas établie. Ce pourrait être une réserve de nourriture ou, comme il est plus saillant durant la nidification, un attribut utilisé pendant les parades nuptiales. Il sert entout cas de coussin pour supporter le poids du gros bec

Alimentation mode et régime

Malgré son appartenance à une famille d'oiseaux échassiers, le marabout d'Afrique est à bien des égards plus proche des vautours. Les charognes sont sa ressource alimentaire primordiale et il plane à bonne hauteur afin de guetter les opportunités de repas. Il descend ensuite à grande vitesse, ses ailes produisant un vrombissement. Le marabout côtoie les vautours sur les carcasses de grands mammifères comme les antilopes et les buffles dont il peut aisément percer la paroi abdominale grâce à son bec puissant. Sa tête et son cou nus lui permettent d'enfoncer profondément le bec dans les cadavres sans se souiller les plumes. En plus des charognes, le marabout mange différents animaux qui passent à sa portée. Il se nourrit souvent en marchant à terre ou dans l'eau, capturant les grenouilles et les serpents dans les marais peu profonds ou, à terre, les petits mammifères, d'une brusque détente du bec. Les sauterelles et les criquets sont également des proies faciles et sont consommés en grandes quantités. Le marabout pille aussi le nid d'autres oiseaux. Il dévore ainsi les oeufs ou les jeunes des quéléas ou des flamants.

Reproduction nidification

Le marabout n'est pas adulte avant trois ou quatre ans et seule une petite partie de la population se reproduit chaque année. Il niche souvent en colonies à proximité de sites nourrissiers comme les régions d'élevage, les implantations humaines ou les secteurs riches en troupeaux d'herbivores. Les colonies sont volontiers mixtes et comprennent souvent des pélicans nicheurs. Avant l'accouplement, le mâle et la femelle paradent et claquent du bec. Ils édifient un nid de branchettes dans un arbre ou parmi les rochers. La femelle y pond deux ou trois oeufs blancs à la fin de la saison des pluies, afin que les jeunes puissent être élevés durant la saison sèche. A cette époque, les rudes conditions affectent les grands mammifères et les carcasses abondent. Les poissons sont également des proies faciles pendant la saison sèche, lorsqu'ils se concentrent dans les eaux marécageuses qui régressent vite. Les deux adultes se relaient pour couver les oeufs pendant 30 jours. Ils nourrissent ensemble les jeunes, tout d'abord avec des vers de terre régurgités. Bien que leur plumage soit complet à 116 jours, les jeunes marabouts ne quittent le nid que deux semaines plus tard

Distribution

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 07/03/2005 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net