Martin-pêcheur d'Amérique

Megaceryle alcyon - Belted Kingfisher

Systématique
  • Ordre
    :

    Coraciiformes

  • Famille
    :

    Alcédinidés

  • Genre
    :

    Megaceryle

  • Espèce
    :

    alcyon

Descripteur

Linnaeus, 1758

Biométrie
  • Taille
    : 33 cm
  • Envergure
    : 48 à 58 cm.
  • Poids
    : 138 à 178 g
Distribution

Distribution

Description identification

La tête est surmontée d'une double grande huppe grise aux plumes hérissables qui commence à la base du bec et s'étale jusqu'à la nuque. La gorge et les faces latérales blanches du cou sont séparées du ventre également blanc par une large bande pectorale grise. Le dessus est gris finement tacheté de blanc. Le corps est terminé par une courte queue grise barrée de blanc. La femelle possède une bande rousse qui se superpose à la bande grise de la poitrine. Contrairement à la plupart des oiseaux, ce qui est assez rare pour être noté, c'est la femelle qui est la plus ostensiblement colorée.Tous deux, mâle et femelle, ont des courtes pattes et une silhouette massive, avec une tête et un cou particulièrement disproportionnés par rapport au reste du corps.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Belted Kingfisher,
  • Martín Gigante Norteamericano,
  • Guarda-rios-cintado,
  • Gürtelfischer,
  • örvös halkapó,
  • Bandijsvogel,
  • Martin pescatore del Nordamerica,
  • Bälteskungsfiskare,
  • Belteisfugl,
  • rybárec modrosivý,
  • rybařík pruhoprsý,
  • Bæltestødfisker,
  • sepelkalastaja,
  • alció gegant nord-americà,
  • Beltaþyrill,
  • rybaczek popielaty,
  • pelēkais dzenītis,
  • kraljevi pasat,
  • Опоясанный пегий зимородок,
  • アメリカヤマセミ,
  • 带鱼狗,
  • 帶魚狗,

Voix chant et cris

Le martin-pêcheur d'Amérique émet un caquetage sec et vif quand il est dérangé. Il lance aussi un cri quand il bat en retraite, quand il menace un intrus ou quand le partenaire approche.

Habitat

On trouve les martins-pêcheurs d'Amérique dans divers types d'habitats aquatiques. Il peut fréquenter les lacs, les cours d'eau de montagne, les côtes, les mangroves, les criques battues par les marées, les marais, les rivières, les réservoirs de jardin et les eaux marines calmes. Les eaux limpides et calmes sont indispensables à la pêche, ainsi que des perchoirs élevés ou des grands arbres pour localiser les proies. Cette espèce préfère les eaux qui ne sont pas envahies par la végétation.

Comportement traits de caractère

En dehors de la saison de nidification, le martin-pêcheur mène une existence solitaire. Par contre, au cours de la période des nids, les couples défendent activement leur territoire. Le mâle notamment raccompagne les intrus hors des limites de ses terres en les réprimandant continuellement. S'il perçoit quelque désordre à l'intérieur de son domaine, il réagit aussitôt en érigeant les plumes de sa huppe de façon agressive. Toutefois, la plupart des mesures de défense du territoire sont accomplies par le biais d'injonctions vocales ou de poursuites aériennes. Le cri de dissuasion est constitué par un vibrant crépitement mécanique. Le cri d'alarme, émis par les deux partenaires en cas de menace est un hurlement bref. Pendant la recherche de proies, le martin-pêcheur d'Amérique peut pratiquer le vol stationnaire, mais en temps normal, il effectue un vol puissant, direct et de courte durée. Une grande majorité des martins-pêcheurs d'Amérique migre, bien qu'ils soient capables d'endurer les rigueurs du climat nord-américain dans la mesure où la température de l'eau est supportable.
Le vol : Le martin-pêcheur d'Amérique a un vol rapide et haut dans le ciel s'il doit voler sur une longue distance. Il vole avec des séries de 5 ou 6 battements, suivis d'un glissé direct, sans ondulation. Il effectue du vol sur place au-dessus de l'eau quand il cherche une proie.

Alimentation mode et régime

Son alimentation est assez variée mais son régime principal est constitué de poissons, essentiellement des truites, des chabots et des saumons atlantiques. Il consomme en général des poissons de petite taille mais il est capable en certaines occasions d'engloutir des proies aussi longues que son propre corps, qui mesurent aux alentours de 25 cm et dont la queue dépasse du bec. Lorsque les poissons deviennent rares, il mange aussi des mollusques, des crustacés, des insectes aquatiques (libellules), des batraciens, des reptiles, des jeunes oiseaux, des petits mammifères et des baies. Il recrache les débris indigestes sous forme de boulettes ou de pelotes de réjection. Les martins-pêcheurs chassent habituellement à partir de perchoirs situés le long des cours d'eau. Ces oiseaux plongent les yeux fermés et capturent leurs victimes avec un mouvement qui s'apparente à une pince ou une prise en tenailles. Ils ne s'immergent généralement pas et saisissent la plupart de leurs proies à proximité de la surface. Une fois qu'ils ont effectué leur prise, ils regagnent leur perchoir et l'étourdissent en la claquant violemment contre les branches. Puis, ils la lance dans les airs, l'attrape la tête la première et l'avale. Des eaux limpides et une bonne visibilité sont des conditions essentielles pour une bonne recherche de nourriture. Pendant les mois d'été, les martins-pêcheurs s'affairent le long de petits fossés, de criques, de cours d'eau ainsi qu'aux bords des réservoirs et des lacs clairs et dégagés.

Reproduction nidification

Le martin-pêcheur est monogame et les couples se forment peu de temps après que le mâle ait établit son territoire. Au cours de la parade, le mâle chante des chansons miaulantes et offre de la nourriture à la femelle. On ne connaît pas de rituels pré-copulatoires, mais après la copulation, le mâle poursuit la femelle au cours d'une parade aérienne pendant laquelle il plane, ses ailes effleurant la surface de l'eau. Peu après l'accouplement, les oiseaux creusent un long tunnel d'au moins 80 cm dans une berge meuble de sable ou d'argile. On pense que les deux partenaires choisissent le site ensemble. Ils trouvent un endroit acceptable et le mâle commence alors à égratigner la croûte supérieure avec son bec. La femelle ne se tient pas très loin sur un perchoir et l'encourage de la voix pendant qu'il travaille. Au fur et à mesure que l'ouvrage avance et qu'ils se relaient pour creuser, les oiseaux continuent à s'encourager mutuellement. Le couple préfère construire le tunnel à proximité de son aire de pêche, mais il peut parfois se situer à une grande distance de l'eau.
La ponte est généralement composée de 6 à 8 œufs blancs dont l'incubation varie de 22 à 24 jours. Les deux parents se relaient pour couver, la femelle occupant le nid pendant la nuit, le mâle prenant sa suite très tôt le matin. Le mâle nourrit parfois la femelle quand elle couve. Les martins-pêcheurs d'Amérique n'entreprennent de seconde couvée que si la première est détruite. Les jeunes sont nourris continuellement pendant les 3 à 6 premiers jours qui suivent l'éclosion, le plus souvent par la femelle avec de la nourriture régurgitée. Les jeunes quittent le tunnel aux environs du vingt-huitième jour mais ils restent avec leurs parents pendant encore 3 semaines. Ceux-ci continuent à les nourrir mais de plus en plus irrégulièrement. Au bout d'un certain temps, ils finissent par les sevrer, si bien que les jeunes sont obligés de rechercher leur nourriture par eux-mêmes.

Distribution

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les petits du martin-pêcheur d'Amérique sont protégés à l'intérieur du tunnel, mais les busards peuvent attaquer les jeunes quand ils sont hors du nid et qu'ils ne volent pas encore très bien.
Le martin-pêcheur d'Amérique est tué illégalement dans les élevages de poissons où il devient un prédateur.
Les populations sont en augmentation grâce aux activités humaines qui créent des habitats propices au creusement des tunnels.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 12/03/2005 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net