Moineau friquet

Passer montanus - Eurasian Tree Sparrow

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Passéridés

  • Genre
    :

    Passer

  • Espèce
    :

    montanus

Descripteur

Linnaeus, 1758

Biométrie
  • Taille
    : 15 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 19 à 25 g
Longévité

10 ans

Distribution

Distribution

Description de la famille

Les Passeridés sont de petits passereaux de l'Ancien Monde assez compacts, à bec conique adapté à un régime granivore et à ailes courtes et arrondies liées aux habitudes sédentaires d'une majorité des espèces. Leur plumage est peu voyant, excepté chez quelques espèces où le jaune domine... lire la suite

Description identification

A peine plus petit que son congénère le Moineau domestique auquel il convient de le comparer, le Moineau friquet se distingue surtout à deux caractéristiques. Tout d'abord, l'espèce ne présente pas de dimorphisme sexuel. Le mâle a simplement des teintes un peu plus vive que sa partenaire. Ensuite la tête, qui est très différente. Elle est d'un brun marron à nuance brique sur la calotte et la nuque jusqu'aux parotiques. La joue est blanche avec un point noir bien visible sous l'oeil. L'oeil à iris brun est peu visible car noyé dans une zone noire incluant les lores. Noirs également sont le bec et une étroite bavette gulaire.
Les parties supérieures sont assez semblables à celles de domesticus, aussi chaudement colorées. Les différences marquantes sont ici au nombre de trois. Tout d'abord, un étroit collier blanchâtre se glisse entre la nuque et le manteau. Ensuite, une seconde barre alaire blanche, plus étroite, est visible à l'extrémité des grandes couvertures. Enfin, le croupion beige ne contraste pas avec le reste du dessus. Ce dernier caractère se voit bien à l'envol et distingue l'oiseau du domestique mâle.
Les parties inférieures sont d'un blanc sale nuancé de chamois sur les côtés de la poitrine et sur les flancs.
Le juvénile a les caractéristiques de l'adulte, mais atténuées et avec des couleurs moins vives.

Indications subspécifiques 9 Sous-espèces

  • Passer montanus montanus (Europe through n and c Asia to ne Siberia and ne Mongolia)
  • Passer montanus dybowskii (se Siberia, ne China and n Korea)
  • Passer montanus transcaucasicus (e Turkey, the Caucasus to Armenia and Iran)
  • Passer montanus kansuensis (nc China)
  • Passer montanus dilutus (s Kazakhstan and e Iran to nw China and s Mongolia)
  • Passer montanus tibetanus (Tibet to c China)
  • Passer montanus saturatus (Sakhalin and Kuril Is. and Japan though e China to Taiwan and the n Philippines)
  • Passer montanus hepaticus (ne India. ne Arunachal Pradeshl. , se Tibet and nw Myanmar)
  • Passer montanus malaccensis (w Nepal to Bhutan and ne India. Assam. , s China, Southeast Asia, Sumatra, Java and s Philippines)

Noms étrangers

  • Eurasian Tree Sparrow,
  • Gorrión molinero,
  • Pardal-montês,
  • Feldsperling,
  • Mezei veréb,
  • Ringmus,
  • Passera mattugia,
  • Pilfink,
  • Pilfink,
  • vrabec poľný,
  • vrabec polní,
  • Skovspurv,
  • pikkuvarpunen,
  • pardal xarrec,
  • Trjáspör,
  • mazurek,
  • lauku zvirbulis,
  • poljski vrabec,
  • Полевой воробей,
  • Burung-gereja erasia,
  • スズメ,
  • 麻雀,
  • นกกระจอกบ้าน,
  • 麻雀〔樹麻雀〕,

Voix chant et cris

Le cri habituel est un tchip qui rappelle celui du Moineau domestique, mais à tonalité plus élevée. C'est un cri de contact entre individus chez cette espèce sociable. Le mâle cantonné en use, ainsi que ses variantes, tchirp, chup tchirip,..., au printemps pour le défense du territoire en le délivrant en longues suites monotones à proximité du nid. Le cri d'alarme est une suite précipitée de notes sèches, tedededede, qui n'est pas sans rappeler celui de l'Hypolaïs polyglotte, émis dans les mêmes circonstances.

Habitat

Alors que son congénère le Moineau domestique est le moineau des villes, le friquet est le moineau des champs, tout au moins en Europe car son aire de répartition est vaste. Il est lié aux espaces ruraux à l'ancienne, à l'assolement varié, ponctués de fermes, hameaux et villages avec leur cortège de jardins, de vieux vergers, d'un important linéaire de haies, de rangées de vieux arbres ou d'arbres isolés, de zones incultes envahies par les herbes, etc. Il apprécie la présence de l'eau et peut fréquenter le bord des plans d'eau et cours d'eau ainsi que les marais à condition qu'il y trouve les vieux arbres qu'il recherche pour la nidification. Il occupe également les milieux steppiques, voire les semi-déserts, au coeur du continent, à condition que des arbres soient présents localement. Il est moins anthropophile que le Moineau domestique et contrairement à lui, il délaisse les gros bourgs et les villes au caractère trop urbain pour lui. Il n'occupe pas non plus les milieux forestiers, excepté sur les marges.
Mais plus on va vers l'est de son aire qui s'étend jusqu'au Pacifique, plus son anthropophilie augmente. En Extrême-Orient, en Chine par exemple, il remplace dans les agglomérations le Moineau domestique absent. A se demander si, en Europe, ce n'est pas la pression exercée par ce dernier en milieu urbain qui repousse le friquet vers la campagne.

Comportement traits de caractère

Le Moineau friquet a beaucoup de points en commun avec son congénère le Moineau domestique. Comme lui, il est grégaire en toutes saisons, colonial ou semi-colonial en période de reproduction, le plus souvent sédentaire aux latitudes pas trop élevées. Comme il est moins anthropophile, le grand public a moins d'occasions de le voir, d'autant plus qu'il est vif et remuant, et relativement farouche. En dehors de la période de reproduction, on peut le voir en groupes mixtes avec son cousin, mais il s'impose moins à la vue que ce dernier. Pourtant, il est assez volubile, mais ses cris sont proches de ceux du domestique. Les rassemblements peuvent revêtir un caractère spectaculaire lorsque tous les oiseaux du groupe se précipitent vers les buissons les plus proche en cas d'alerte. En hiver, ils fréquentent volontiers ensemble les postes de nourrissage artificiel en compagnie des mésanges et autres fringilles.
La sédentarité de l'espèce n'est pas générale. On s'aperçoit lors des suivis de la migration post-nuptiale que des friquets visiblement migrateurs sont décomptés régulièrement, preuve que les populations les plus nordiques doivent quitter leurs zones de reproduction pour aller passer l'hiver plus au sud.
Le vol : Le vol est typique d'un Passer, proche de celui du Moineau domestique. Il est aussi énergique, peut-être encore plus rapide en proportion de sa taille, et ponctué de cris typiques.

Alimentation mode et régime

Le régime alimentaire du Moineau friquet est similaire à celui du Moineau domestique, avec une prédominance de graines d'herbacées, y compris de céréales, en toutes saisons et une part moindre de proies animales, insectes et arachnides, particulièrement pour l'alimentation des pulli. Il se nourrit au sol ou dans la végétation basse, en couple ou en petits groupes en période de reproduction, en groupes plus importants et mixtes en inter-saison. C'est alors qu'on le trouve dans les champs récoltés en compagnie de fringilles et de bruants par exemple.

Reproduction nidification

L'espèce est cavernicole, nichant principalement dans des cavités de vieux arbres, vieux fruitiers dans les vergers par exemple, ou alors vieux saules ou peupliers dans les zones humides. Il occupe également des cavités en milieu rupestre, en falaise ou dans de vieux murs, ou encore des trous de rongeurs ou d'oiseaux comme les Hirondelles de rivage dans les berges abruptes des cours d'eau ou des exploitations de granulats, etc. Il adopte volontiers les nichoirs pour passereaux cavernicoles. Des structures métalliques creuses comme on en trouve sur les poteaux électriques sont également occupées. Enfin, sa nidification dans les nids volumineux de la Cigogne blanche ou de grands rapaces est bien connue et documentée.
La raréfaction des sites de nidification peut être la cause d'un déclin comme cela a été constaté en bien des endroits du fait de la disparition des vieux vergers.
Le nid est fait comme celui du domestique d'éléments végétaux (tiges et feuilles linéaires, radicelles) et doublé de plumes et de poils animaux.
Dès la fin avril, la femelle y pond 2 à 7 oeufs blancs, en moyenne 5 ou 6, qui seront incubés 11 à 14 jours. Le séjour au nid est de 15 à 20 jours. Une seconde ponte est probablement habituelle.

Distribution

Le Moineau friquet est une espèce présente sur l'ensemble su continent eurasiatique, de l'Atlantique au Pacifique. Au nord, il atteint les zones subarctiques en Sibérie tandis qu'au sud, il ne fait qu'effleurer le continent africain en débordant légèrement en hiver sur le rif marocain au niveau de Gibraltar et en se reproduisant dans l'extrême nord-est de le Tunisie. En revanche, à l'est de l'aire, sa répartition est plus vaste et inclut une bonne partie de la Russie, toute la Chine, l'Asie du Sud-est et l'Indonésie, mais ni l'Australie ni la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Dans cette aire très vaste, 9 sous-espèces sont reconnues, la sous-espèce type en occupant l'ouest et le nord.
Comme pour le domestique, des introductions ont été tentées au 19e siècle, qui ont été couronnées de succès aux USA (Missouri et Illinois) et dans le sud-est de l'Australie.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Le Moineau friquet n'est pas menacé à l'échelle de son aire qui est très vaste. On note une expansion de cette aire au nord, en Scandinavie par exemple, probablement corrélée aux modifications du climat, ainsi que vers le sud comme en Asie du Sud-est.
Néanmoins, et c'est le cas en France, l'espèce connaît un certain déclin depuis la seconde moitié du 20e siècle dans les pays très développés, probablement par perte d'habitat.
Dans le même temps, l'espèce était considérée comme une peste pour l'agriculture en Chine et systématiquement détruite, ainsi que d'autres granivores, par des campagnes ciblées. L'abandon de ces destructions à la fin du siècle pour cause d'inefficacité lui a fait retrouver une démographie positive.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 12/12/2017 par Jean François © 1996-2017 Oiseaux.net