Paruline à poitrine baie

Setophaga castanea - Bay-breasted Warbler

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Parulidés

  • Genre
    :

    Setophaga

  • Espèce
    :

    castanea

Descripteur

(Wilson, A, 1810)

Biométrie
  • Taille
    : 14 cm
  • Envergure
    : 20 à 22 cm.
  • Poids
    : 10 à 17 g
Longévité

3 ans

Distribution

Distribution

Description identification

Chez le mâle adulte en plumage nuptial, le devant de la tête, y compris les couvertures auriculaires, est noir, avec une tache châtain sur le sommet du capuchon. Il y a une large tache jaune-crème sur les côtés du cou. La nuque et les parties supérieures sont gris-olive, d'une nuance plus grise sur les sus-caudales et avec d'abondantes stries noirâtres. Les plumes des ailes sont noirâtres avec des liserés gris pâle ou blanchâtres, ces derniers étant plus visibles sur les couvertures et sur les tertiaires. De larges terminaisons blanches ornent les grandes et les moyennes couvertures, formant 2 nettes barres alaires. La queue est noirâtre avec des bordures grises sur l'ensemble des plumes et des taches blanches sur les rectrices extérieures.
La gorge, le haut de la poitrine et les flancs sont châtain, le reste des parties inférieures varie du chamois-jaune pâle au blanc. Le bec est noir, les pattes sont chair obscur ou gris foncé. Les semelles des pieds sont gris plus pâle ou chamois-gris.
En non-nuptial, le capuchon, la nuque et le dessus affichent une couleur vert-olive jaunâtre, avec d'assez nombreuses stries noires. Le croupion et les sus-caudales sont nettement grisâtres, les dernières avec des centres noirs bien distincts. Le sourcil à peine prononcé est jaune pâle, contrastant avec les lores et les oreillons qui sont gris. Le dessous est chamois clair, la gorge est un peu plus blanche, les flancs châtain. Parfois, on peut apercevoir un peu de châtain sur le capuchon et sur la gorge.
En plumage nuptial la femelle adulte a une tête bien plus terne que son partenaire. Le noir est remplacé par du gris-brun et ce dernier est variablement moucheté de noir. La tache du capuchon est châtain plus clair et est striée de noir de façon très discrète. La tache du cou est plus pâle et peu proéminente. Les parties supérieures ont une teinte plus olive et sont moins striées. Le châtain des parties inférieures est plus pâle et il est restreint aux côtés de la poitrine. Les motifs de la queue sont semblables à ceux du mâle. En non-nuptial, la femelle ressemble beaucoup à son partenaire, mais elle est plus terne et elle manque toujours de châtain sur la tête. Les stries sur les parties supérieures sont moins nettes. Le croupion et les sus-caudales sont nuancés d'olive et les sus-caudales ont des centres noirs moins développés et plus discrets. Les flancs sont chamois foncé avec parfois un soupçon de châtain.
En non-nuptial, les mâles de première année sont identiques aux femelles et ne peuvent être distingués dans le milieu naturel. En plumage nuptial, ils ressemblent au mâle adulte mais ils ont souvent un plumage plus fade. Notamment, la tête et les rémiges, l'alula, les ouvertures primaires et les rectrices sont plus usés et paraissent plus brunâtres. Les rectrices sont en moyenne plus pointues que chez les adultes.
En non-nuptial, les femelles de première année sont très ternes. Généralement, les stries des parties supérieures et le chamois des flancs sont absents. Le croupion et les sus caudales sont olive, uniformes avec le manteau. Les centres sombres des sus-caudales sont virtuellement manquants. Il y a moins de blanc sur la queue. En plumage nuptial, elles sont identiques aux femelles adultes quoique plus ternes.
Les juvéniles ont un capuchon, une nuque et un dessus gris-chamois pâle qui sont abondamment striés de noirâtre. Les couvertures auriculaires ont la même teinte mais les stries sont plus foncées. Le dessous est chamois clair avec des mouchetures noires sur la gorge, la poitrine et les flancs. Le bec et les pattes sont chamois rosâtre.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Bay-breasted Warbler,
  • Reinita castaña,
  • Mariquita-de-peito-castanho (Mariquita-de-peito-ba,
  • Braunbrust-Waldsänger,
  • rozsdás lombjáró,
  • Каштановый лесной певун,
  • 栗胸林莺,
  • Kastanjezanger,
  • Parula pettobaio,
  • Brunbröstad skogssångare,
  • Kastanjeparula,
  • lasówka kasztanowata,
  • horárik smrekový,
  • lesňáček kaštanovoprsý,
  • Brunbrystet Sanger,
  • rusorintakerttuli,
  • ,
  • クリイロアメリカムシクイ,

Voix chant et cris

Le cri le plus fréquent est un "sip" ou un "see", souvent assez puissant et bourdonnant. Il est émis en vol ou lorsque l'oiseau se restaure. Il est assez semblable à celui de la Paruline tigrée (Dendroica tigrina) bien qu'il soit légèrement plus bas et plus bourdonnant. Vraiment très occasionnellement, on peut entendre un "chip" doux et portant à longue distance. Le chant est une brève série de "si" plats et uniformes qui sont assez élevés mais qui n'atteignent pas la hauteur de la blackpoll. La femelle délivre également des vocalises, la plupart du temps à partir de son nid et presque toujours en réponse à son partenaire.

Habitat

Les parulines à poitrine baie nichent dans les forêts de conifères (en particulier les épicéas) et dans les forêts mixtes de bouleaux et d'érables (maples). On les trouve fréquemment dans les zones marécageuses. Pendant la migration, elles utilisent toutes sortes de zones boisées. Elles hivernent principalement aux lisières des forêts et dans les parcelles en cours de régénération. Ces oiseaux apprécient également les zones ouvertes avec des arbres clairsemés, surtout en-dessous de 1 000 mètres d'altitude, mais souvent plus haut pendant la migration.

Comportement traits de caractère

Les parulines à poitrine baie vivent souvent en solitaire. Néanmoins, en hiver, les oiseaux isolés rejoignent fréquemment les bandes mixtes composées d'autres espèces de parulines quand celles-ci rejoignent leur nourriture. Les parulines à poitrine baie entreprennent leur migration en groupes dont le nombre d'oiseaux n'est pas précisé. Malgré leur faible taille, ces petits passereaux sont en effet des migrants de longue distance.
De nombreux oiseaux se déplacent vers le sud en empruntant le chemin de la vallée du Mississippi et des Appalaches jusqu'au golfe du Mexique puis ils effectuent la traversée jusqu'à la presqu'île du Yucatan et de là, ils poursuivent leur route à travers l'est de l'Amérique Centrale jusqu'à leurs quartiers d'hiver. D'autres longent la côte de l'Atlantique jusqu'à la Floride et arrivent dans le nord du continent sud-américain en passant par les Indes Occidentales. Les parulines à poitrine baie quittent les terres de nidification aux alentours de la mi-août et ne parviennent à destination à la fin du mois de septembre. La migration de retour commence en mars, le retour sur les lieux de la reproductiion se déroule vers la mi-mai. En automne, de rares vagabonds aboutissent dans l'ouest de l'Amérique du Nord, excepté le Yukon et l'état de Washington. Certains se perdent au nord jusqu'au Groenland.

Alimentation mode et régime

Les parulines à poitrine baie se nourrissent surtout d'insectes qu'ils glanent au cours d'actions résolument volontaires ou qu'ils capturent pendant des poursuites aériennes qu'ils mènent à l'étage moyen et supérieur de la végétation. Ils consomment également un grand nombre de fruits et du nectar en hiver.

Reproduction nidification

Le nid est placé habituellement entre 2 et 7 mètres au-dessus du sol sur la branche horizontale d'un conifère. C'est une coupe d'herbes et de fines brindilles qui est souvent garnie avec des radicelles et du crin. La ponte comprend la plupart du temps 4 ou 5 œufs, et parfois jusqu'à 7, les années où les vers qui consomment les bourgeons d'épiceas sont nombreux (spruce budworm). Le dépôt des œufs s'effectue entre mai et juillet. L'incubation dure 12 ou 13 jours et est assurée par la femelle seule. Les jeunes oisillons quittent leur lieu de naissance au bout de 11 ou 12 jours.

Distribution

Les parulines à poitrine baie nichent dans le nord du continent nord-américain, du sud-ouest du Territoire du Nord-Ouest et de l'est de la Colombie Britannique jusqu'au sud de Terre-Neuve, la Nouvelle-Ecosse et la Nouvelle-Angleterre. L'aire de nidification comprend aussi le nord de la région des Grands Lacs. Ces petits passereaux hivernent en Amérique Tropicale, du panama à l'ouest de la Colombie et au nord-ouest du Venezuela. Parfois, mais régulièrement, ils installlent leurs quartiers au nord jusqu'au Costa Rica.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les parulines à poitrine baie sont assez communs. Leurs effectifs varient considérablement selon les années, en fonction du fait que les tordeuses des bourgeons de
l'épinette sont abondants ou non. Ces oiseaux sont considérés comme extrêmement utiles car les tordeuses représentent de véritables fléaux pour les conifères.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 17/07/2013 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net