Paruline bleue

Setophaga caerulescens - Black-throated Blue Warbler

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Parulidés

  • Genre
    :

    Setophaga

  • Espèce
    :

    caerulescens

Descripteur

Gmelin, JF, 1789

Biométrie
  • Taille
    : 13 cm
  • Envergure
    : 17 à 20 cm.
  • Poids
    : 8 à 12 g
Longévité

9 ans

Distribution

Distribution

Description identification

Chez le mâle adulte de la race nominale, le front, les lores, le sourcil, les couvertures auriculaires, la gorge, le haut de la poitrine et les flancs sont noirs. Le capuchon, la nuque, les côtés du cou et les parties supérieures sont bleu foncé. Les ailes et la queue sont noires avec des bordures bleues sur les plumes, ces dernières étant plus larges sur les couvertures, les tertiaires et les rectrices centrales. La base blanche des primaires est particulièrement développée, ce qui forme une tache bien visible sur l'aile. La queue présente des taches blanches sur les 4 paires de rectrices externes. Les parties inférieures, du bas de la poitrine jusqu'aux sous-caudales, sont blanches, y compris une petite zone proche de la courbure de l'aile. Le bec est noirâtre, les pattes sont chair terne. Le mâle est semblable tout au long de l'année. Toutefois, en plumage frais, les plumes du dessous ont des liserés verdâtres et ceux de la gorge des bordures blanchâtres.
Chez la femelle adulte, la calotte, les lores, les oreillons, la nuque et les parties supérieures sont olive brunâtre. Les plumes des ailes et de la queue sont plus sombres avec des franges olive. La queue affiche des taches grisâtres sur les 2 rectrices les plus externes.
L'étroit sourcil est souvent plus vague sur le devant de l'œil, la zone suboculaire forme un croissant blanc ou blanchâtre. La base des primaires est blanche ou chamois. Elle forme une tache alaire moins développée que celle du mâle. Les parties inférieures ont une couleur ocre chamoisé plus forte sur la poitrine et sur les flancs. Le plumage est semblable toute l'année.
Les mâles de première année sont similaires aux adultes toute l'année mais les rémiges, l'alula et les couvertures primaires sont liserés de verdâtre et non pas de bleu. Ils paraissent également plus usés au printemps et ont alors une teinte brunâtre. En dehors de la période nuptiale, la couleur verdâtre et pâle des liserés est moins étendue et le dessous peut être nuancé de chamois. Le blanc des ailes et da la queue sont moins visibles.
Les femelles de première année sont semblables aux adultes, mais la tache alaire chamois pâle est très réduite ou absente, le plumage est souvent un peu plus brun sur le dessus et plus chamoisé sur le dessous.
Chez les juvéniles, la tête et le dessus sont semblables à la femelle de première année mais plus bruns. Le sourcil est plus crémeux. Le dessous est blanchâtre avec une légère nuance jaune sur la gorge et sur le ventre. La gorge et le ventre sont mouchetés de brunâtre, un peu plus fortement sur la poitrine.

Indications subspécifiques 2 Sous-espèces

  • Setophaga caerulescens caerulescens (s and se Canada, ne USA)
  • Setophaga caerulescens cairnsi (ec USA)

Noms étrangers

  • Black-throated Blue Warbler,
  • Reinita azulada,
  • Mariquita-azul-de-garganta-preta,
  • Blaurücken-Waldsänger,
  • kékes lombjáró,
  • Синеспинный лесной певун,
  • 黑喉蓝林莺,
  • Blauwe Zwartkeelzanger,
  • Parula blu golanera,
  • Blåryggad skogssångare,
  • Blåparula,
  • lasówka granatowa,
  • horárik čiernohrdlý,
  • lesňáček modrohřbetý,
  • Blå Sanger,
  • sinikerttuli,
  • ,
  • ノドグロルリアメリカムシクイ,

Voix chant et cris

2 cris sont reconnaissables : un "stip" terne et plat ainsi qu'un "twik" bref et métallique émis en vol. Le chant est une série de 3 ou 4 notes bourdonnantes qui sont étirées. La dernière note est plus haute que les autres et encore plus étirée. L'ensemble du chant donne une impresssion grinçante et paresseuse. Parfois, dans une variante très inhabituelle, le nombre de notes est de 5, 6 ou 7. Le chant est alors délivré de façon bien plus rapide et n'a pas la qualité bourdonnante qu'il a normalement.

Habitat

Les parulines bleues nichent dans les boisements mixtes composés d'arbres à feuilles caduques parvenus à maturité. Ces forêts ont souvent un sous-bois très développé. On les trouve aussi dans les vieilles clairières et dans les parcelles qui subissent une exploitation raisonnable. Dans les Appalaches, elles occupent des habitats situés à une hauteur moyenne de 800 mètres. Pendant la migration, ces oiseaux préfèrent les sous-bois des zones boisées qui sont pourvues de grands buissons. Ils hivernent dans une grande variété d'habitats comprenant des forêts primaires, des zones boisées ouvertes composées d'arbres à feuilles caduques, des plantations et des jardins. A Porto Rico du moins, on assiste à des cas de ségrégation sexuelle par l'habitat, les mâles résidant dans les forêts primaires et se nourrissant dans la canopée, alors que les femelles séjournent plutôt dans les parcelles en cours de régénération, dans les broussailles et cherchent leur nourriture à des étages inférieurs. A la Jamaïque, suite aux dommages importants causés par les cyclones, les mâles et les femelles vivent ensemble dans des peuplements qui se régénèrent.

Comportement traits de caractère

A Porto Rico, ces oiseaux sont incroyablement familiers. A Cuba, les femelles rejoignent parfois les bandes mixtes composée d'oiseaux frugivores. Les individus des 2 sexes défendent le territoire qu'ils ont établi pendant la période hivernale. Les parulines bleues sont des migrateurs de moyenne et longue distance. Les populations qui nichent dans la partie nord de l'aire longent les côtes de l'Atlantique jusqu'à la Floride puis traversent la mer jusqu'au Grandes Antilles. Celles qui nichent plus à l'ouest se dirigent en direction du sud-est jusqu'au sud des Appalaches et, de là, vers la Floride. Au printemps, ces dernières se déplacent dans la péninsule, traversent la partie est du Golfe et gagnent le littoral nord-est du golfe du Mexique (Texas).
Les parulines bleues quittent leurs lieux de reproduction à la fin août ou au début de septembre et arrivent à destination à la fin du mois de septembre. La migration de retour commence à la fin mars, les oiseaux parvenant sur les lieux de ponte à la fin avril dans le sud et à la mi-mai dans le nord. Certains oiseaux s'attardent cependant dans le sud jusqu'à la fin mai. Ces petits passereaux sont occasionnels dans tout l'ouest du continent nord-américain excepté en Alaska, au Yukon et dans l'état de Washington. Ils sont vagabonds en Californie au printemps et courants en Amérique Centrale (Yucatan, Belize, Guatemala et Costa Rica) ou dans le nord de l'Amérique du Sud (Trinidad, Venezuela et Colombie) en hiver.

Alimentation mode et régime

Les parulines bleues consomment surtout des insectes en été. Elles ingurgitent aussi des fruits et des graines pendant la période hivernale. Au cours de cette dernière saison, Elles visitent régulièrement les arbres en fleur pour faire leur provision de nectar. Les parulines bleues chassent et glanent à toutes les élévations des arbres. Elles prospectent également dans les sous-bois et parfois à terre bien que les mâles en hiver soient souvent aperçus dans la canopée.

Reproduction nidification

La saison de reproduction se déroule du mois de mai au mois de juillet. Le nid est placé à faible hauteur dans un jeune arbre, dans une broussaille ou une plante grimpante, généralement à moins d'un mètre au-dessus du sol. Il a la forme de coupe volumineuse et il est construit avec des lanières d'écorce, des feuilles et des fragments de bois. Il est garni avec des radicelles, du crin et des fines herbes. La ponte comprend 3 à 5 œufs qui sont couvés par la femelle seule pendant environ 12 jours. Les oisillons quittent leur lieu de naissance au bout de 10 jours. Pour éloigner les prédateurs du nid, les 2 parents entreprennent une parade de distraction qui consiste à feindre la blessure. On possède un rapport de polygamie dans lequel le mâle s'accouple avec 2 femelles.

Distribution

Les parulines bleues nichent dans le centre-est de l'Amérique du Nord, de l'ouest de l'Ontario et du Minnesota en direction de l'est jusqu'à la Nouvelle-Ecosse et la Nouvelle-Angleterre ainsi que le vers le sud dans les Appalaches jusqu'au nord de la Georgie. Elles hivernent presque exclusivement aux Indes Occidentales, principalement aux Bahamas et aux Grandes Antilles. Cependant, un petit nombre migre en Floride. Il y a officiellement 2 sous-espèces : D. c. caerulescens, la race nominale, (la plus nordique, niche de la région des Grands Lacs jusqu'en Nouvelle-Ecosse et à la Nouvelle-Angleterre) - D. c. cairnsi (la plus méridionale, niche dans les monts Appalaches, du sud-ouest de la Pennsylvanie jusqu'au nord de le Georgie).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Bien qu'ayant subi un déclin non négligeable au cours des 2 dernières décades, les parulines bleues sont communes sur l'ensemble de leur aire de distribution.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 23/07/2013 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net