Pie-grièche écorcheur

Lanius collurio - Red-backed Shrike

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Laniidés

  • Genre
    :

    Lanius

  • Espèce
    :

    collurio

Descripteur

Linnaeus, 1758

Biométrie
  • Taille
    : 16 à 18 cm
  • Envergure
    : 24 à 27 cm.
  • Poids
    : 23 à 40 g
Longévité

10 ans

Distribution

Distribution

Description de la famille

Les Laniidés sont des passereaux de taille petite à moyenne, au corps allongé, à ailes arrondies et à queue longue. Le plumage est dans des tons discrets de brun, gris ou noir, mais inclut toujours du blanc. Le bec est fort et crochu à son extrémité. Il possède deux dents subterminales à s... lire la suite

Description identification

La Pie-grièche écorcheur est un de nos plus jolis passereaux. Sa taille est nettement supérieure à celle d'un moineau. Elle possède, comme tous les membres de la famille des Laniidés, un bec fort et crochu.
Le mâle adulte est facilement reconnaissable. Son manteau est d'un châtain clair vif. Le dessous est nettement saumoné, ceci étant particulièrement évident sur les flancs. Sa tête gris clair est barrée latéralement d'un masque noir très contrastant qui couvre les oreilles, inclut l'œil sombre et atteint le front. Souvent une ligne claire se glisse entre le bandeau et la calotte, formant sourcil. La queue est noire et blanche en un dessin bien visible en vol. Le bas du dos et le croupion sont du même gris que la tête. La gorge et les sous-caudales sont blanches. Le bec et les pattes sont noires.
La femelle adulte est semblable au mâle en silhouette et proportions, mais les couleurs diffèrent. Celles-ci sont moins tranchées et les contrastes sont moindres. Le manteau, les ailes et la queue sont d'un brun-roux assez terne. La tête, le bas du dos et le croupion brun roux clair présentent une nette nuance grise, bien visible à la nuque. Le bandeau de la tête est de la même couleur que le manteau et restreint à l'arrière de l'œil. Le sourcil blanchâtre, souvent évident, rejoint le front et les lores pâles. Le dessous est blanchâtre avec de nettes vermiculures brunes sur la poitrine et les flancs lui donnant un aspect écailleux. Le blanc de la queue est restreint à une étroite bordure latérale. Le bec est brun avec une base rosâtre. Les pattes sont brunâtres.
Le juvénile ressemble à la femelle, mais son plumage est plus marqué. Il présente souvent une nette nuance rousse qui peut entraîner des confusions avec les Pies-grièches isabelle ou du Turkestan. La tête est comme mouchetée. Le manteau parait écailleux. Les couvertures alaires et les tertiaires présentent un large liseré bicolore, brun sombre et crème roussâtre. Le dessous est beige clair avec de nettes marbrures ou barres brun sombre. Le bec est couleur corne. L'immature garde au début de sa 2e année une partie de ses caractères juvéniles, et une femelle d'un an est encore différenciable par le plumage d'une femelle de 2 ans ou plus.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Red-backed Shrike,
  • Alcaudón dorsirrojo,
  • Picanço-de-dorso-ruivo,
  • Neuntöter,
  • Tövisszúró gébics,
  • Grauwe Klauwier,
  • Averla piccola,
  • Törnskata,
  • Tornskate,
  • strakoš obyčajný,
  • ťuhýk obecný,
  • Rødrygget Tornskade,
  • pikkulepinkäinen,
  • Rooiruglaksman,
  • escorxador comú,
  • Þyrnisvarri,
  • gąsiorek,
  • (brūnā čakste), sētas čakste,
  • rjavi srakoper,
  • Обыкновенный жулан,
  • セアカモズ,
  • 红背伯劳,
  • 紅背伯勞,

Voix chant et cris

Le chant du mâle est un pot pourri agréable mais peu sonore, incluant des imitations d'autres oiseaux et évoquant pour cette raison un chant de verderolle ou d'hypolaïs. Le cri territorial du mâle est un "tjein" puissant et répété, émis depuis un perchoir exposé. En cas de danger, mâle et femelle égrènent des "tek" d'inquiétude secs et sonores. En cas de danger extrême, des "tchien tchien tchien tchien..." font penser au cri d'un faucon.

Habitat

L'habitat de reproduction de la Pie-grièche écorcheur présente toujours deux caractéristiques indispensables. Il doit être pourvu d'arbustes ou de buissons touffus favorables à la nidification (épineux comme les prunelliers, aubépines et églantiers, ou alors jeunes conifères). D'autre part, l'environnement doit être assez ouvert, avec un accès au sol facile, pour la chasse. Ces conditions sont souvent réunies, ce qui explique la fréquence de l'espèce. Les prairies et pelouses, les landes, en particulier militaires, les steppes, les zones agricoles à agriculture extensive, le bocage, les chaumes et pâturages d'altitude, les bords de routes, etc., constituent des habitats potentiels dès lors qu'ils possèdent des sites de nidification. On la trouve du niveau de la mer à plus de 1 000 m d'altitude, par exemple dans les Alpes, mais aussi à plus de 2 000 m dans le Caucase. Globalement, c'est plutôt un oiseau de plaine aimant le climat continental à étés chauds. Les grandes tendances actuelles liées à l'agriculture moderne et aux primes qui vont avec (agrandissement des parcelles, retournement et mise en culture des prairies, suppression des haies et des bandes incultes, etc.) auront malheureusement en bien des pays un impact très négatif sur cette espèce.

Comportement traits de caractère

La Pie-grièche écorcheur est un oiseau facile à détecter sur le terrain car, malgré son caractère assez farouche, il n'hésite pas à se montrer en évidence sur un perchoir exposé (sommet d'un arbuste, piquet de clôture, fils aériens,...). Alertée, elle agite sa longue queue et pousse des cris d'inquiétude. Si elle se sent vraiment menacée, elle s'esquive et se cache alors au sein des buissons.
Elle est sur ses lieux de reproduction une espèce territoriale, nichant par couples isolés. Le mâle est très agressif vis à vis de ses congénères, surtout au moment de l'installation. Il recherche les plus hauts perchoirs pour affirmer sa présence sur le territoire et décourager d'éventuels concurrents par des cris d'avertissement puissants. En dépit de la territorialité, la densité spécifique peut être élevée dans les habitats très favorables. Elle peut atteindre un couple tous les 100 m de haie en milieu prairial ou un couple à l'hectare de milieu herbacé avec buissons.
La parade nuptiale mérite le détour, mais il faut être là au bon moment car elle est brève. Le mâle, fort de ses belles couleurs, fait le beau devant la femelle, le corps dressé à la verticale, exhibant la belle teinte rose de son poitrail et sa queue bicolore.
L'espèce redevient évidente dans son milieu en fin de reproduction, après l'envol des jeunes, quand ces derniers quémandent leur nourriture avec force cris.
C'est un grand migrateur, qui ne passe que quatre à cinq mois sur ses lieux de nidification. Il ne revient sous nos latitudes qu'au mois de mai et repart dès que les jeunes sont devenus indépendants, en août et septembre.
Le vol : Le vol de la Pie-grièche écorcheur est un vol direct et assuré. Ses longues ailes de migrateur le lui autorisent. Sur ses lieux de reproduction, l'essentiel de l'activité est tournée vers le sol et les strates basses, et en conséquence, le vol est lui-même bas. Ses déplacements migratoires nocturnes échappent à l'observation. Dans certaines situations de chasse, elle est capable de vol stationnaire pour repérer ses proies dans les secteurs enherbés. Elle poursuit aussi vivement à l'occasion des proies volantes.

Alimentation mode et régime

Pie-grièche écorcheur
♂ adulte nuptial

Son régime est constitué de gros insectes, particulièrement coléoptères, orthoptères, lépidoptères, mais aussi de petits vertébrés (jeunes campagnols, petits lézards, jeunes anoures à l'émergence, etc.). Elle chasse essentiellement à l'affût depuis un perchoir dégagé et capture ses proies au sol. Elle poursuit aussi fréquemment de gros insectes (hyménoptères, odonates) au vol. Les jours fastes, quand les proies abondent, elle a l'habitude de se constituer des réserves. Pour ce faire, elle empale sur une épine ligneuse ou un fil barbelé les proies non consommées en vue des jours d'intempéries où la nourriture se fait rare.

Reproduction nidification

Le mâle choisit le site du nid qu'il va construire avec sa partenaire en 4 à 6 jours. Dans la majorité des cas, le nid se situe à une hauteur de 1 à 1,5 mètre dans un arbuste épineux ou petit conifère. C'est une construction plutôt massive, de 15 cm de diamètre en moyenne pour une hauteur de 8 cm, faite de matériaux aussi divers (tiges et brindilles, herbes, mousse,..) qu'hétéroclites (bouts de ficelle, petits morceaux de papier,..). La coupe est garnie d'éléments plus fins et doux (radicelles, laine de mouton, crin). La femelle y pond 4 à 6 œufs de teinte gris-vert ou brunâtre avec des taches brunes en couronne vers le gros bout. Elle assure l'incubation qui dure de 14 à 16 jours, puis les parents nourrissent les petits au nid durant un temps équivalent. Après quoi, après la sortie du nid, la famille se scinde en deux, chacun des adultes prenant en charge la moitié de la nichée pour 3 semaines encore. Assez rapidement après l'émancipation des jeunes débutera la migration post-nuptiale en direction de l'Afrique. La Pie-grièche écorcheur n'a le temps d'élever qu'une seule nichée par an.

Distribution

La Pie-grièche écorcheur est une espèce essentiellement européenne. Son aire de nidification s'étend aux latitudes tempérées des rivages atlantiques (Pays de Loire et Finistère espagnol) au cœur de la Russie où elle atteint et même dépasse la vallée de l'Ob. Elle est absente des îles Britanniques et du littoral français de la Manche dont le climat océanique ne lui convient pas. Au nord, elle monte jusqu'au golfe de Botnie et à la Sibérie occidentale. Au sud, elle occupe certaines îles de la Méditerranée, la Turquie, et de là gagne le nord-ouest de l'Iran par le sud de la mer Caspienne. Elle est très locale au Moyen-Orient.
C'est une grande migratrice dont l'aire d'hivernage est située dans le sud et le sud-est de l'Afrique, à partir du Kenya et de l'Ouganda. Les voies de migration sont orientales et passent par l'est de la Méditerranée et le Moyen-Orient. L'éloignement des quartiers d'hiver explique l'arrivée tardive des nicheurs, à partir de mai, dans leurs territoires de reproduction.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

La Pie-grièche écorcheur ne connaît pas pour le moment le déclin prononcé que connaissent toutes les autres espèces européennes de pies-grièches. Elle reste encore commune. Néanmoins, une régression est souvent évoquée en Europe occidentale alors qu'à l'est de son aire, cela ne semble pas être le cas. Il est certain que la modification ou la disparition de son habitat du fait de la modernisation de l'agriculture et la régression des gros insectes-proies par usage abusif des insecticides dans les pays développés ou en voie de développement ne peuvent qu'avoir un impact négatif. Localement, les reboisements à grande échelle constituent un autre facteur négatif.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 16/01/2017 par Jean François © 1996-2017 Oiseaux.net