Pluvian fluviatile

Pluvianus aegyptius - Egyptian Plover

Systématique
  • Ordre
    :

    Charadriiformes

  • Famille
    :

    Pluvianidés

  • Genre
    :

    Pluvianus

  • Espèce
    :

    aegyptius

Descripteur

Linnaeus, 1758

Biométrie
  • Taille
    : 22 cm
  • Envergure
    : 47 à 51 cm.
  • Poids
    : 80 à 92 g
Distribution

Distribution

Description identification

Ce limicole assez trapu, à pattes et bec courts, aux ailes triangulaires à base assez large, se reconnaît immédiatement à la combinaison gris-bleu, noir et blanc de son plumage. Le Pluvian fluviatile possède un capuchon, un masque oculaire, un manteau et une bande pectorale noirs. Le reste de la tête est blanche, ainsi que le cou et le poitrail, la majorité des parties supérieures, gris-bleu. Les parties inférieures sont orange.
En vol, on aperçoit parfaitement les ailes d'un blanc brillant, traversées en leur milieu par une large bande noire qui s'atténue progressivement au fur et à mesure que l'on s'approche de la bordure. Les rectrices sont terminées par une épaisse bordure blanche.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Egyptian Plover,
  • Pluvial,
  • Ave-do-crocodilo,
  • Krokodilwächter,
  • krokodilmadár,
  • Крокодилов сторож,
  • 埃及燕鸻,
  • Krokodilwachter,
  • Guardiano dei coccodrilli,
  • Krokodilväktare,
  • Krokodillevokter,
  • pijawnik,
  • krokodíliar žltobruchý,
  • běhulík pestrý,
  • Krokodillevogter,
  • krokotiilinvartija,
  • ,
  • ナイルチドリ,

Voix chant et cris

Pluvian fluviatile
adulte

Son cri habituel est constitué par une série de notes aiguës et rèches, "tchirk-tchirk-tchirk" parfois réunies en un babillage grinçant. Il peut également émettre un "whiieup" plus doux.

Habitat

Comme son nom anglais l'indique, cet oiseau était autrefois très courant et sédentaire le long du Nil d'où il a disparu depuis de nombreuses années. Il est maintenant un résident très localisé en petites zones très morcelées en Afrique Tropicale, au sud du Sahara, de la Gambie jusqu'en Érythrée. Cet oiseau fréquente les zones humides, principalement les berges des cours d'eau, même boisées. Il aime bien s'installer à proximité des implantations humaines riveraines. Pendant la saison de reproduction, il fréquente presque exclusivement les bancs de sable et les îles des cours d'eau.

Comportement traits de caractère

Les Pluvians fluviatiles vivent en couples isolés ou en petits groupes à proximité de l'eau, ne dépassant que rarement la vingtaine d'individus. Ils sont peu craintifs vis-à-vis des hommes et vivent généralement à peu de distance des habitations. Ils sont réputés pour pénétrer dans la bouche des crocodiles afin d'y prélever des restes de nourriture et des parasites, ce qui leur vaut le surnom de "crocodile bird" en anglais. Légende ou réalité ? Difficile de trancher. Des comportements similaires ont en tous cas été observés chez d'autres espèces de pluviers.
Le vol : Le Pluvian fluviatile possède un vol rapide, bas, proche de celui du Chevalier guignette. Il garde les ailes étalées en cape à l'atterrissage.

Alimentation mode et régime

Son régime est surtout composé d'insectes et de petits invertébrés qu'il avale en entier. Mais il se nourrit également de matières végétales telles que les graines ainsi que de petits morceaux de poissons morts. Lorsqu'il recherche activement sa nourriture, le Pluvian fluviatile marche avec un air hautain ou court assez rapidement en se dandinant. Il sonde également le sol ou retourne les pierres avec son bec.

Reproduction nidification

Monogame et nichant en couple isolé, le Pluvian fluviatile adopte un comportement territorial agressif. Ce territoire est généralement constitué par une petite île recouverte de graviers, de boue ou de sable. Si cette île est de dimension trop importante, il ne peut la défendre intégralement. Le nid est formé par un simple grattage au sol, sans aucune garniture. Il est généralement exposé en plein soleil. Les deux adultes peuvent pratiquer de multiples grattages avant la ponte. Cette dernière est composée d'1 à 4 œufs tachetés de couleur terre. Lorsque la ponte est complète, l'incubation commence.
Celle-ci est très particulière, les deux adultes se relayant à tour de rôle sur le nid. Si l'un des partenaires s'absente du nid sans être relevé, il utilise alors son bec pour enfouir les œufs sous le sable. Les adultes incubateurs humidifient régulièrement les plumes de leur abdomen, toutes les quelques minutes, afin de réguler et contrôler la température de la couvée et d'éviter que les œufs ne cuisent sous la forte chaleur du milieu de la journée. Les œufs sont partiellement découverts pendant la période nocturne.

Les poussins sont précoces et peuvent courir peu de temps après l'éclosion. Cependant, les parents peuvent bien souvent les enfouir sous le sable si un quelconque danger se présente ou si les petits doivent rester sans surveillance pendant une plus ou moins longue période. Dans ce cas, les petits demeurent immobiles sous leur protection sableuse, même s'il sont aiguillonnés. Ils sont régulièrement humidifiés par les plumes mouillées de l'abdomen des parents. Parfois même, en cas de fortes chaleurs, ils sont arrosés par de l'eau régurgitée. Alors qu'il sont encore tout duveteux, les jeunes sont capables de nager, même sous l'eau, cependant la plupart du temps, ils préfèrent rester sur la terre ferme de leur île jusqu'à ce qu'ils soient aptes à voler.

Distribution

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 01/06/2005 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net