Puffin yelkouan

Puffinus yelkouan - Yelkouan Shearwater

Puffin yelkouan
Systématique
  • Ordre
    :

    Procellariiformes

  • Famille
    :

    Procellariidés

  • Genre
    :

    Puffinus

  • Espèce
    :

    yelkouan

Descripteur

(Acerbi, 1827)

Biométrie
  • Taille
    : 40 cm
  • Envergure
    : 76 à 93 cm.
  • Poids
    : 330 à 480 g
Longévité

23 ans

Distribution

Distribution

Description identification

Le puffin yelkouan est plus petit et moins profilé que le puffin cendré. Il est très voisin du puffin des Baléares mais légèrement plus contrasté.
Son plumage est gris foncé sur le dessus et blanc sur le dessous. Certains ont des motifs foncés au niveau des axillaires et des sous caudales.
Son bec est noir et légèrement recourbé au bout. Chez cette famille, les narines tubulaires sont très développées.
Les deux sexes sont semblables mais Il est simple de les distinguer au chant.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Yelkouan Shearwater,
  • Pardela Mediterránea,
  • Fura-bucho do Mediterrâneo,
  • Schwarzschnabelsturmtaucher,
  • bukdosó vészmadár,
  • Левантский буревестник,
  • 地中海鹱,
  • Yelkouanpijlstormvogel,
  • Berta minore,
  • Levantlira,
  • Middelhavslire,
  • burzyk śródziemnomorski,
  • víchrovník hnedastý,
  • buřňák středomořský,
  • Middelhavsskråpe,
  • idänpikkuliitäjä,
  • ,
  • チチュウカイミズナギドリ,

Voix chant et cris

Le chant des mâles est différent de celui des femelles : en effet le chant est composé de deux parties. La seconde partie du chant chez le mâle est plus courte et plus aiguë.

Habitat

Les puffins yelkouans sont strictement insulaires. Ils vivent sur des îles ou des îlots rocheux en falaises escarpées.
L'espèce est endémique de Méditerranée et y hiverne également (golfe du Lion, mer Noire...). Elle est présente en France sur les îles d'Hyères, de Marseille et en Corse. Les autres sites de reproduction sont la Sardaigne, Malte, les îles tunisiennes, grecques, italiennes, turques...
Ils nichent dans des cavités ou des anfractuosités rocheuses (grottes, éboulis en pied de falaises) ou dans des terriers creusés. Le terrier est composé dans la majorité des cas d'un couloir plus ou moins long se terminant par la chambre incubatrice.

Comportement traits de caractère

Puffin yelkouan
adulte

Les puffins yelkouans attendent la tombée de la nuit pour rejoindre leurs colonies Ils sont pélagiques. Ils passent donc une grande partie de l'année en haute mer et rejoignent les îles en novembre pour prospecter les sites de reproduction. Les accouplements n'auront lieu que fin février. Ils nichent en colonies. Ils pêchent collectivement et forment des radeaux au large (rassemblement). Leur passage en masse au soleil couchant est appelé la rivière à puffins sur les îles d'Hyères.
Le vol : Le puffin yelkouan vole au ras de l'eau. Si la mer est calme et plate, il va alterner quelques battements d'ailes (3 ou 4) avec un vol plané. Son vol est droit dans ce cas. En temps venté avec une mer bien formée, il utilise les courants aériens formés par les mouvements de surface de la mer pour pouvoir se déplacer sans battre des ailes. Son vol ressemble alors à celui des albatros. En turc yel=vent et yelkovan=girouette (rappel de son type de vol).

Alimentation mode et régime

Le puffin yekouan se nourrit principalement de poissons, de céphalopodes, de crevettes et de rejets de pêche. Il peut plonger jusqu'à 40 m de profondeur pour chasser ses proies. Il s'aide de ses ailes comme de nageoires et de ses pattes palmées.
Ils excrètent l'excédent de sel ingéré avec l'eau de mer et leurs proies par leurs narines ; des glandes à sel situées au niveau du cerveau leur permettent de filtrer l'eau salée.

Reproduction nidification

Le puffin yelkouan ne constitue pas de nid mais pond son oeuf dans une cavité. Les deux parents couvent alternativement l'oeuf tout au long des 55 jours d'incubation.
Les individus prospecteurs, à la recherche d'un site de nidification ou d'un partenaire, arrivent sur les îles dès le mois de novembre ; les couples déjà constitués qui retrouvent le même terrier et le même partenaire chaque année peuvent arriver un peu plus tardivement.
La femelle pond un oeuf unique par an. L'espèce n'a pas la possibilité d'effectuer une ponte de remplacement en cas d'échec.
La ponte dure 1 mois et demi, de mi-mars à début mai. La période d'éclosion et de l'élevage du poussin s'échelonne de mi-mai à fin juillet. Les parents se relaient environ tous les 3-4 jours pour alimenter leurs poussins. Ils peuvent parcourir plusieurs centaines de kilomètres par jour pour aller chercher de la nourriture. Les adultes vont ensuite retourner en mer. Les poussins, âgés de 4 mois, vont devoir quitter leur terrier et apprendre à voler pour rejoindre le large. Ils reviendront sur leur site de naissance à l'âge de 4 ans en moyenne pour trouver un partenaire et s'y reproduire à leur tour.

Distribution

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Le Puffin yelkouan est en Annexe I de la Directive Oiseaux. Il fait partie des espèces les plus menacées en France et à l'échelle européenne. De nombreux programmes visent actuellement à rétablir cette espèce victime des prédateurs introduits sur les îles méditerranéennes (chats, rats) et de la destruction de leur habitat (développement du tourisme côtier, urbanisation du littoral). Des actions sont menées en France (îles d'Hyères et îles de Marseille) et en Europe (Malte, Espagne). S'il est possible de mener des actions de protection efficaces sur les sites de reproduction (piégeage des prédateurs, pose de terriers artificiels, limitation de l'accessibilité au site de nidification, campagne de sensibilisation...), il est plus difficile d'intervenir en mer. Chaque année des centaines d'individus meurent pris dans des filets de pêche et des palangres.
Les estimations des populations sont très variables (entre 10 000 et 50 000 couples) avec de gros points d'interrogations pour la Grèce et la Turquie.
En France, les îles de Marseille abritent 40 à 50 couples et les îles d'Hyères plus de 500 couples avec une population importante sur l'île militaire du Levant (interdite au public). Les actions menées au sein du Parc National de Port-Cros commencent à montrer des signes d'amélioration (nombre de couples en augmentation, meilleur succès de reproduction...).

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 09/08/2007 par Nathalie Bigeard © 1996-2017 Oiseaux.net