Roselin de Lichtenstein

Rhodospiza obsoleta - Desert Finch

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Fringillidés

  • Genre
    :

    Rhodospiza

  • Espèce
    :

    obsoleta

Descripteur

(Lichtenstein, MHK, 1823)

Biométrie
  • Taille
    : 15 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 17 à 28 g
Distribution

Distribution

Description de la famille

Les Fringillidés sont des passereaux de taille petite à moyenne (9 à 25 cm de longueur). Leur plumage est extrêmement variable et souvent haut en couleurs. Leur bec court et conique est adapté à une alimentation granivore, mais non exclusive. Ils occupent des milieux souvent dominés par les l... lire la suite

Description identification

Cet oiseau de moyenne taille a un bec fin, de forme conique et de couleur sable, ses ailes sont rose et noire, sa queue fourchue. Chez le mâle, la tête a une large barre noire de la base du front jusqu'aux lores en passant par la zone oculaire. Le capuchon, la nuque, les parties supérieures, y compris le croupion, sont brun-sable clair avec une nuance rose en plumage frais (nuance grise en plumage usé). La couleur chamois-brun paraît légèrement plus chaude sur la face. La couleur brune paraît plus riche sur les couvertures sus-caudales. La queue noire est très largement bordée de blanc.
Les plumes des moyennes couvertures chamois clair ont des pointes rose foncé. Celles des grandes couvertures ont de larges bordures rose brillant et des terminaisons plus claires. Le reste de l'aile est noir avec des liserés roses. Les primaires ont d'épaisses bordures blanches ou argentées. Les tertiaires sont noires, tranchant avec le bord de traîne chamois. La gorge et les parties inférieures sont chamois, établissant un faible contraste avec le ventre et les sous-caudales blanches.
Les iris sont noirs, le bec est noir en été, brun jaunâtre avec une petite pointe foncée en hiver. Les pattes sont plus ou moins couleur chair.
La femelle est semblable au mâle, mais les zones chamois clair manquent de nuance rose. Les sus-caudales ont ont une couleur uniforme à celle des parties inférieures. Les bordures roses, les pointes des ailes et les rémiges sont moins larges. Le bec est jaune-corne ou noir. Les juvéniles ressemblent à leur mère mais ont des ailes brun plus terne, des pointes chamois-brun sur les couvertures et les rémiges, ainsi que des bases grisâtres sur les primaires et roses sur les secondaires. Le bec est jaune paille terne avec un bout sombre.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Desert Finch,
  • Camachuelo desertícola,
  • Asa-rosada,
  • Weißflügelgimpel,
  • feketecsőrű sivatagipinty,
  • Буланый вьюрок,
  • 巨嘴沙雀,
  • Vale Woestijnvink,
  • Fringuello del deserto,
  • Ökenfink,
  • Svartnebbfink,
  • czarnodziobek,
  • sivák pustatinný,
  • hýl pustinný,
  • Ørkenfinke,
  • peltotulkku,
  • ,
  • ハシグロナキマシコ,

Voix chant et cris

Les roselins de Lichtenstein chantent à partir du sol, du sommet d'un rocher, d'un buisson ou d'un arbre de petite taille. Le chant est une série agréable de notes "radotantes", bavardes et séparées les unes des autres. Les cris de reconnaissance sont des bourdonnements nasaux suivis par des trilles et des roulements que l'on peut restituer de la façon suivante "prrrrp-prp-eink tzank urrrrrrrrrrr" qui alternent avec le chant de la Linotte mélodieuse ou du Verdier d'Europe. Certains de ces "zoooooe" sont plus puissants, plus nasaux et plus rudes. D'autres séries sont plus croassantes et plus faibles, rappelant le vocalisations des grenouilles.
Ces cris se mêlent avec des bourdonnements étirés "beezz" ou " zweee-e-ah", avec des gazouillements mélodieux et avec des phrases qui sortent brusquement. En vol, les roselins de Lichtenstein produisent des sifflements doux tels que "pink pink", "prrrit prrit" ou "prink prink". Le cri d'alarme est un "shreep" rude ou un "turr" plus raide avec une intonation interrogative.

Habitat

Les roselins de Lichtenstein fréquentent les collines et les régions basses sèches ou arides ainsi que les plaines ouvertes arides, les semi-déserts et les wadis. Ces dernières régions dans lesquelles circulent des petits cours d'eau temporaires sont pourvues de végétation éparse, de broussailles rabougries, de fourrés et d'arbustes éparpillés. Les roselins de Lichtenstein apprécient particulièrement les terrains où poussent les saxaouls (Haloxylon) et les oasis. Ils aiment aussi les étendues, les plantations et les parcelles irriguées qui sont situées en bordure des terres agricoles, notamment les vergers et les vignes.
En Asie Centrale et Méridionale, ces fringillidés de moyenne taille accorde une nette priorité aux vergers, aux larges jardins, aux parcs, aux bord des routes longés d'arbres dans les zones urbaines et au centre des grandes villes.
Les roselins de Lichtenstein vivent du niveau de la mer jusqu'à 1 400 mètres d'altitude, parfois un peu plus haut. Au Turkménistan, pendant la période de nidification, ils se perchent en bandes jusqu'à 2 000 mètres.

Comportement traits de caractère

Les roselins de Lichtenstein sont des oiseaux très actifs, ce qui ne les empêche pas d'être extrêmement discrets, notamment pendant la saison de nidification. Ils se déplacent d'un vol rapide et légèrement ondulé et généralement leurs mouvements sont accompagnés de leurs ronronnements caractéristiques. Bien qu'ils passent de longs moments dans les arbres au cours de la journée, ces oiseaux se restaurent principalement à terre, prospectant dans les sous-bois d'épineux ou dans la litière de feuilles afin d'y trouver les ingrédients de leur menu.

Alimentation mode et régime

Les roselins de Lichtenstein consomment principalement des graines, des petits bourgeons et des jeunes pousses. Ils ingurgitent aussi parfois des insectes. Dans la catégorie des végétaux sauvages, ils ingurgitent des graines d'orme (Ulmus) et des légumineuses. Parmi les graines cultivées, ils sont friands de graminées, de tournesols et de froments .
Dans la catégorie des aliments d'origine organique, les insectes ont la préférence, en particulier les sauterelles. Les roselins de Lichtenstein chassent en solitaire ou en bandes, les bandes pouvant parfois atteindre une centaine d'individus en dehors de la saison de nidification. Les points d'eau sont souvent visités.

Reproduction nidification

La période de reproduction se déroule de la fin mars au mois de juillet. Il y a deux nichées par an, les couples sont monogames et établissent des liens conjugaux solides qui continuent même lorsque les relations amoureuses sont interrompues. Les roselins de Lichtenstein nichent en solitaire et forment des colonies dispersées. Les liens conjugaux se forment à la fin de l'hiver, juste après la dislocation des bandes hivernales, ils sont accompagnés d'un nombre réduit de parades et de rituels, mais ils alternent parfois avec des chants délivrés par les mâles à partir de perchoirs situés à grande hauteur. Le mâle procède à des offrandes cérémoniales de nourriture et les femelles entament une série de chants de supplication avec les ailes "temblotantes".
Le nid est construit par les 2 adultes, mais principalement par la femelle. Elle utilise surtout des brindilles, des tiges végétales mais aussi du crin animal, de la fourrure et des morceaux de vêtements. Il est placé généralement entre 1 et 5 mètres au-dessus du sol (exceptionnellement jusqu'à 25 m) sur la fourche d'une branche de petit arbre, dans une région dominée par les arbres fruitiers tels que les pruniers, les pistachiers, les eucalyptus, les acacias, les pins les peupliers et les ronces à mûres. La ponte comprend 4 à 5 œufs, de couleur blanche ou bleu verdâtre avec des taches ou des stries noires et violettes. L'incubation dure 13 ou 14 jours par la femelle. Les 2 parents nourrissent et soignent leur livrée pendant une période équivalente. Les couvées ont un rendement variable : au Turkménistan, 54% d'entre elles sont perdues et 32% des poussins qui éclosent parviennent seulement à l'envol. En Ouzbékistan, 50% de la nichée parvient à l'envol. Sur l'ensemble des statistiques concernant les 2 études, seul 2 oiseaux /6 survivent.
Les prédateurs habituels des roselins de Lichtenstein sont les pies bavardes, les chevêchettes d'Europe et les chats sauvages. Les fourmis et les serpents contribuent à la destruction des nids ; ces derniers sont souvent balayés par de forts vents.

Distribution

Les roselins de Lichtenstein son originaires du continent asiatique, de l'Asie Mineure et du Moyen-Orient (Turquie, Israël, Sinaï, Jordanie, Nord-Irak, Nord-Arabie Saoudite et Iran) jusqu'au nord-ouest de la Chine et au Pakistan, en passant par les anciennes républiques soviétiques du centre de l'Asie (Turkménistan, Kazakhstan, Tadjikistan, Afghanistan).
Ces oiseaux rosâtres hivernent en Syrie, dans le sud de l'Afghanistan et le nord du Pakistan (Chittral, province de la Frontière du nord-ouest).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook des oiseaux du Monde, cette espèce n'est pas globalement menacée. Son statut est assez variable, elle peut être commune, locale ou vagabonde. Au Pakistan et en Chine, elle est rare. Les populations nicheuses qui vivent en Turquie sont estimées entre 1 000 et 10 000 couples. Peu avant 1950, c'était un visiteur irrégulier en Israël, l'établissement de cette espèce dans ce pays, se synchronisant avec le développement de l'agriculture et l'établissement de systèmes d'irrigation assez sophistiqués en bordure des zones désertiques. Les roselins de Lichtenstein se développent régulièrement vers l'est, les premiers nicheurs de cette espèce ont été repérés en 2007 en Mongolie.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 15/10/2014 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net