Spatule blanche

Platalea leucorodia - Eurasian Spoonbill

Systématique
  • Ordre
    :

    Pélécaniformes

  • Famille
    :

    Threskiornithidés

  • Genre
    :

    Platalea

  • Espèce
    :

    leucorodia

Descripteur

Linnaeus, 1758

Biométrie
  • Taille
    : 95 cm
  • Envergure
    : 115 à 135 cm.
  • Poids
    : 1200 à 1700 g
Longévité

28 ans

Distribution

Distribution

Description identification

Grand oiseau à allure de héron, au plumage blanc et reconnaissable à son bec long, large, curieusement ridé et spatulé à l'extrémité. L'adulte nuptial arbore une huppe teintée d'orange sur la nuque et un collier de même couleur à la base du cou. Son bec est noir avec l'extrémité jaune. Les zones de peau nue de la tête se colorent de jaune ou de rouge. Le jeune oiseau se reconnaît à ses rémiges terminées de noir, visibles surtout en vol, et à son bec couleur chair. Dans l'année qui suit, le bec va s'assombrir et les taches des rémiges s'estomper progressivement, ces dernières devenant toutes blanches à l'âge adulte.

Indications subspécifiques 3 Sous-espèces

  • Platalea leucorodia leucorodia (Europe to n China, India and Sri Lanka)
  • Platalea leucorodia balsaci (w Mauritania)
  • Platalea leucorodia archeri (coasts of the Red Sea, Somalia)

Noms étrangers

  • Eurasian Spoonbill,
  • Espátula Común,
  • Colhereiro-europeu,
  • Löffler,
  • Kanalasgém,
  • Колпица,
  • 白琵鹭,
  • Lepelaar,
  • Spatola eurasiatica,
  • Skedstork,
  • Skjestork,
  • warzęcha (zwyczajna),
  • lyžičiar biely,
  • kolpík bílý,
  • Skestork,
  • kapustahaikara,
  • ,
  • ヘラサギ,

Voix chant et cris

La Spatule blanche est le plus souvent silencieuse comme ses cousines les cigognes. Tout au plus note-t-on quelques grognements dans les colonies de reproduction.

Habitat

La Spatule blanche habite les grandes zones humides littorales et de l'intérieur. Elle a besoin pour se nourrir de grandes étendues d'eau libre peu profonde, et pour nidifier d'arbres ou arbustes car sa nidification coloniale est le plus souvent arboricole, même si localement elle se résout à nicher en roselière.

Comportement traits de caractère

La Spatule blanche est grégaire, coloniale en période de reproduction. On l'observe le plus souvent en groupes dans les eaux peu profondes. Tout en progressant à l'aveugle, parfois rapidement, elles fouillent la vase du bec par des mouvements de balayage horizontal de gauche à droite. La pêche en groupe est probablement plus efficace et productive. Au repos, elles se rassemblent sur des reposoirs, hauts-fonds ou groupe d'arbres car elles sont volontiers arboricoles.
Le vol : La spatule blanche vole à la façon des cigognes ou des grues, cou tendu, et souvent comme ces dernières en formation. La façon de tenir les pattes et le cou évoque plutôt le flamant. Le vol est assuré par des battements rapides des ailes rigides et est entrecoupé de planés.

Alimentation mode et régime

Son bec spatulé lui permet de filtrer l'eau et de retenir toutes sortes d'invertébrés et de petits vertébrés (petits crustacés, vers, larves d'insectes, petits poissons,...).

Reproduction nidification

Dès mars, les Spatules blanches adultes reviennent à leur colonie de nidification, arboricole le plus souvent, mais aussi palustre. Après la pariade (toilettages mutuels, huppe dressée), le couple construit un nid fait de branchettes et d'autres matériaux consistants dans un arbre ou dans les roseaux suivant les cas. 3 à 5 œufs sont pondus en avril ou en mai suivant la latitude et incubés 24 jours. Les petits commencent à voler à 7 semaines. Leur maturité sexuelle n'interviendra qu'à l'âge de 3 ou 4 ans.

Distribution

L'aire de répartition de la spatule est vaste. Elle s'étale sur l'ensemble du continent eurasiatique à des latitudes moyennes, mais aussi sur le sous-continent indien. On la trouve également ponctuellement en Afrique. Les oiseaux d'Eurasie sont migrateurs et hivernent, soit en Afrique pour les européens, soit en Inde et en Chine pour les plus orientaux. Quelques couples nichent en France sur le littoral atlantique et en Camargue. Ces oiseaux vont passer l'hiver sur la côte atlantique africaine, au Djoudj par exemple.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Considérée en danger au siècle dernier, la population européenne est actuellement en lente expansion du fait de la protection, et le nombre de couples a été estimé entre 8 500 et 15 000 au début des années 2000. Le problème principal pour l'espèce est l'altération de ses habitats de nidification et d'alimentation, les dérangements, plutôt que la mortalité. Le braconnage ne persiste probablement que sur certains lieux d'hivernage. Les empoisonnements par les pesticides ou du fait du botulisme doivent exister mais sont impossibles à quantifier. Leur impact doit être moindre.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 07/11/2002 par Didier Collin avec la participation de Maelle Bujaud © 1996-2017 Oiseaux.net