Vautour africain

Gyps africanus - White-backed Vulture

Systématique
  • Ordre
    :

    Accipitriformes

  • Famille
    :

    Accipitridés

  • Genre
    :

    Gyps

  • Espèce
    :

    africanus

Descripteur

Salvadori, 1865

Biométrie
  • Taille
    : 94 cm
  • Envergure
    : 218 à 220 cm.
  • Poids
    : 4200 à 7200 g
Longévité

19 ans

Distribution

Distribution

Description identification

Ce vautour de moyenne taille présente habituellement un plumage qui varie du brun-jaune au chamois avec des rémiges et une queue brun noirâtre, une collerette de plumes blanchâtres, un croupion et un bas du dos blancs. Les individus âgés, en particulier les mâles, affichent un ensemble blanc-crème. La peau nue noire de la tête et du cou est plus ou moins recouverte d'un duvet blanc, assez identique à celui de la fraise. Les iris sont brun noirâtre, les pattes sont noires. Deux petites taches nues émergent au niveau de la base des côtés du cou.

Les juvéniles ont un plumage nettement plus brun foncé et une collerette éparse bien plus brune avec des stries blanches. Le croupion est également brun. La peau nue de la tête est noir verdâtre et est plus tapissée de duvet blanc, excepté sur la face.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • White-backed Vulture,
  • Buitre Dorsiblanco Africano,
  • Grifo-de-dorso-branco,
  • Weißrückengeier,
  • fehérhátú keselyű,
  • Африканский гриф,
  • 非洲白背兀鷲,
  • Witruggier,
  • Avvoltoio dorsobianco,
  • Afrikansk vitryggad gam,
  • Hvitryggribb,
  • sęp afrykański,
  • sup hrdzavohnedý,
  • sup africký,
  • Hvidrygget Grib,
  • savannikorppikotka,
  • Witrugaasvoël,
  • コシジロハゲワシ,

Voix chant et cris

Les vautours africains sont généralement assez silencieux. Ils émettent des sortes de jacassements bavards et des grognements assez semblables à ceux des porcins quand ils se chamaillent autour d'une carcasse. Les oiseaux dominants à la curée produisent de sifflements. Quand ils sont au nid, ces rapaces délivrent des caquètements enroués.

Habitat

Les vautours africains fréquentent les contrées ouvertes faiblement boisées telles que les prairies herbeuses, les savanes, les marécages et les boisements clairsemés. On les trouve également dans les allées d'arbres qui bordent les cours d'eau et dans les broussailles épineuses. Ils évitent les zones boisées denses et les forêts. Néanmoins, ils ont toujours besoin d'arbres pour se percher ou se reposer. Les vautours africains sont surtout présents là où il ya des troupes importantes de grands mammifères. Leur habitat coïncide souvent avec des exploitations où l'on pratique l'élevage extensif de bétail. Ces oiseaux nécrophages vivent généralement du niveau de la mer jusqu'à 1500 m d'altitude. Au Kenya, ils peuvent grimper jusquà 3000 m et en Ethiopie on peut même les trouver jusqu'à 3500 mètres. Ils se tiennent à l'écart des villes et des villages.

Comportement traits de caractère

Vautour africain
adulte

Les vautours africains ont des attitudes très diverses : ils peuvent vivre en solitaire ou adopter un comportement très grégaire. Certains couples peuvent nicher à l'écart, mais la plupart du temps, la majorité d'entre eux forment des colonies lâches de 5 à 20 couples dans plusieurs arbres voisins. Parfois, on trouve même une demi-douzaine de nids dans le même arbre. Les vautours africains établissent habituellement des dortoirs communs et forment de grands rassemblements autour des carcasses d'animaux morts. Les parades aériennes se résument en principe à de simples vols circulaires autour de la zone de nidification. Ces vols ont lieu en solitaire, en couples ou en groupe de 10 individus. Pendant leur démonstration dans les airs, ces vautours ont parfois le cou tendu et les pattes ballantes.

Les vautours africains sont majoritairement sédentaires, mais les immatures sont plus vagabonds. Les adultes effectuent également de longs trajets journaliers pour trouver leur nourriture. Les populations de l'Afrique Orientale se déplacent en suivant la migration des ongulés. Les populations d'Afrique Occidentale migrent vers le nord pour trouver les pluies. En Afrique Australe, certains oiseaux bagués parcourent plusieurs dizaines, voire plusieurs centaines de kilomètres.
Le vol : Les vautours africains ont un décollage difficile, surtout s'ils sont gorgés de nourriture. Ils volent avec des battement d'ailes lents. Ils planent avec les ailes rectilignes, les mains étant légèrement penchées vers le bas. Lorsqu'ils volent, ils peuvent atteindre des vitesses comprises entre 58 et 65 kilomètres/heure.

Alimentation mode et régime

Les vautours africains sont exclusivement charognards : ils consomment les intestins et les parties les plus molles de la chair des grands mammifères. Ils recherchent leurs proies d'une façon immuable : 2 ou 3 heures après l'aube, ils prennent les courants thermiques et montent entre 200 et 500 m au-dessus du sol, gardant un oeil vigilant sur les autres nettoyeurs de carcasses. Les vautours africains possèdent essentiellement 4 compétiteurs : les vautours charognards (Necrosyrtes monachus), les vautours de Rüppel, les vautours du Cap et surtout les bateleurs immatures (Terathopius ecaudatus) qui sont toujours les premiers sur les proies. Cependant, les vautours africains sont habituellement les plus nombreux, convergeant par dizaines et souvent même par centaines, si bien qu'ils ont pour eux la loi du nombre. Une carcasse d'Impala (Aepyceros melapus) est souvent nettoyée en moins de 10 minutes. Chaque individu peut ingurgiter jusqu'à 1 kg de viande par repas. Les vautours africains possèdent de longs cous, de longs becs et leurs petites têtes sont parfaitement adaptées pour fouiller à l'intérieur des plaies sanglantes. Par contre, ils sont parfaitement incapables de déchirer les tissus les plus épais de la peau.

Reproduction nidification

Les vautours africains nichent en colonies ou en solitaire. En Ouganda et au Kenya, la reproduction se déroule pratiquement toute l'année. De l'Afrique de l'Ouest à la Somalie, elle intervient à presque tous les mois mais elle est plus active entre octobre et juin. En Afrique Australe et Orientale, les pontes sont plus nombreuses en avril, de mai à décembre et en janvier. Le nid est une structure relativement modeste mais de taille très variable. Il mesure de 34 à 100 cm de largeur et de 10 à 90 cm de profondeur. Le fond est garni avec des herbes et des feuilles vertes. Il est situé entre 5 et 50 mètres au-dessus du sol au sommet d'un grand arbre. Les vautours africains nichent rarement sur des pylônes et quasiment jamais sur des falaises. La plupart du temps, ils ne pondent qu'un seul œuf (très occasionnellement 2 ou 3). L'incubation dure entre 56 et 58 jours. Les jeunes prennent leur envol au bout de 120 ou 130 jours.

Distribution

Comme leur nom l'indique bien, ces vautours sont originaires du continent africain. Ils sont présents quasiment partout au sud du Sahara, excepté au Gabon, au Congo, au Zaïre et en Angola. Leur aire de distribution est morcelée en deux gros blocs : au nord, elle s'étend de la Sénégambie et du sud de la Mauritanie jusqu'au Tchad et en République Centrafricaine en passant par les pays du golfe de Guinée. Elle se poursuit vers l'est juqu'au Soudan, en Ethiopie, en Somalie et au Kenya. Au sud, elle part de l'extrême sud de l'Angola et de l'intérieur de la Namibie pour rejoindre le Mozambique et l'Afrique Occidentale en transitant par le nord de l'Afrique du Sud, le Zimbabwe, la Zambie et le Malawi. Malgré la très grande étendue de son territoire, le vautour africain est considéré comme monotypique, c'est à dire qu'il n'est pas divisé en sous-espèces.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les vautours africains sont généralement communs ou abondants. Toutefois, d'après Birdlife, cette espèce est en déclin constant depuis près de 30 ans. Les effectifs ont diminué de plus de 90% en Afrique Occidentale. Ils ont également baissé au Soudan et au Kenya. Par contre, ils semblent stables en Ethiopie et en Tanzanie. Les vautours africains sont confrontés aux mêmes menaces que les autres espèces de vautours : conversion des terres pour l'agriculture et l'élevage, diminution importante des ongulés ce qui entraîne une réduction du nombre des carcasses, chasse et persécution par empoisonnement. L'électrocution par les lignes à haute tension est également un problème dans certaines parties de leur aire de distribution. L'espèce est classée comme "presque menacée" (NT - Near threatened).

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 11/02/2011 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net