Hibou du Cap

Asio capensis - Marsh Owl

Systématique
  • Ordre
    :

    Strigiformes

  • Famille
    :

    Strigidés

  • Genre
    :

    Asio

  • Espèce
    :

    capensis

Descripteur

(Smith, A, 1834)

Biométrie
  • Taille
    : 36 cm
  • Envergure
    : 82 à 99 cm.
  • Poids
    : 225 à 485 g
Distribution

Distribution

Description identification

Pas de dimorphisme sexuel, même si le mâle parait plus pâle et plus variable individuellement. Chez les adultes, le disque facial est chamois clair mais la zone autour des yeux est brun sombre, formant une sorte de masque. La bordure du disque est également brune mais avec des mouchetures chamois. Les aigrettes sont peu proéminentes et la plupart du temps, en dehors des périodes d'excitation, elles sont à peine visibles. L'ensemble des parties supérieures est couleur terre parfois avec des fines mouchetures. Les ailes et la queue portent des barres fauve et brun foncé. En vol, on peut apercevoir au niveau du poignet une évidente tache foncée qui est visible aussi bien du dessus que du dessous. Les plumes de la partie supérieure des primaires ont une base fauve assez unie. Les parties inférieures affichent un brun plus clair que le dessus. Elles portent parfois de fines vermiculures sombres. En dépit de ce dernier détail qui n'est pas présent chez tous les individus, les races qui vivent sur le continent africain présentent un dessous relativement uni alors que la race hova de Madagascar paraît légèrement barrée. Les tarses sont emplumés, seuls les extrémités des pieds sont nus.

Les yeux sont brun sombre, la cire brun-gris. Le bec est corne noirâtre.

Les trois sous-espèces se distinguent principalement par leur taille et par leur poids. La race nominale capensis pèse de 243 à 376 grammes. La race tingatus varie de 310 à 350 grammes. La race hova, largement la plus grande, peut peser jusqu'à 485 grammes.

Indications subspécifiques 3 Sous-espèces

  • Asio capensis capensis (widespread)
  • Asio capensis tingitanus (n Morocco)
  • Asio capensis hova (Madagascar)

Noms étrangers

  • Marsh Owl,
  • Búho Moro,
  • Coruja-dos-pântanos,
  • Kapohreule,
  • mocsári fülesbagoly,
  • Африканская ушастая сова,
  • 沼泽耳鸮,
  • Afrikaanse Velduil,
  • Gufo del Capo,
  • Kapuggla,
  • Gressugle,
  • uszatka mauretańska,
  • myšiarka jednofarebná,
  • kalous africký,
  • Kapugle,
  • afrikansuopöllö,
  • Vlei-uil,
  • アフリカコミミズク,

Voix chant et cris

Ses vocalisations sont assez différentes de tous les autres membres du genre Asio. Le cri territorial est produit quand le hibou du Cap est perché ou qu'il vole de façon circulaire au-dessus de sa zone d'influence. Relativement courant, il ressemble au claquement que produirait une branche que l'on plie doucement : "kerrrrrrrrrrrr". Il est répété à de multiples reprises. Le hibou du Cap émet également des croassements semblables à ceux des corbeaux : "quarrrk-quarrrk-quarrrk". Il s'agit peut-être d'une réaction agressive à l'intrusion de certaines espèces. La femelle et les jeunes délivrent des sifflements plaintifs "shoeeeeh" ayant une qualité ventriloque. Sans doute une manière de garder le contact.

Habitat

Le hibou du Cap fréquente toutes sortes de contrées ouvertes, des marais qui longent le littoral jusqu'aux savanes avec ou sans arbres et buissons. On le trouve également dans les marais de l'intérieur des terres, dans les marécages et dans les prairies de montagnes, du niveau de la mer jusqu'à 3000 m d'altitude. Il évite les étendues de hautes herbes et il préfère généralement les terrains où la végétation n'est pas très développée. Toutefois, il s'installe occasionnellement dans des parcelles où les mauvaises herbes sont assez luxuriantes. Localement, il pénètre dans les rizières et les bandes de drainage si elles sont suffisamment boisées. Le hibou du Cap fréquente également les paysages ouverts proches des habitations. Il est absent des zones forestières, des régions rocheuses et des déserts.

Comportement traits de caractère

Le hibou du Cap vit en solitaire ou en couple mais on peut parfois le trouver en plus grand nombre, notamment en dehors de la période de reproduction. Ses mœurs sont surtout nocturnes et crépusculaires, ce qui ne l'empêche pas d'avoir une activité diurne les jours où le ciel est nuageux et où la luminosité est faible. Généralement, pendant la journée, le hibou du Cap se repose à terre dans une petite cavité aménagée dans l'herbe. A la tombée de la nuit, il se perche sur un poteau de clôture, une souche ou un sommet de buisson et il se tient à l'affût, espérant la venue d'une proie. Lorsqu'il est à proximité du nid, il peut adopter une attitude très agressive. Il peut également feindre une blessure pour tenter de distraire un prédateur éventuel et détourner son attention des petits et des oeufs. Son vol est aisé et gracieux, un peu comme celui des busards du genre Circus. Le hibou du Cap est presque exclusivement sédentaire.

Alimentation mode et régime

Le menu varie très largement en fonction de la disponibilité des proies. Toutefois, les rongeurs constituent généralement la partie la plus importante de l'alimentation. Quelquefois, les petits oiseaux forment une part non négligeable du régime. Si on rentre dans le détail, les souris, les campagnols, les rats, les musaraignes, les jeunes lièvres, les chauves-souris, les oiseaux jusqu'à la taille de jeunes canards et les tourterelles forment la base du menu. Ce dernier est complété par des grenouilles, des lézards, des scorpions, des coléoptères, des sauterelles, des termites ainsi que d'autres insectes. La plupart des proies sont capturées en volant à faible distance du sol grâce à des battements d'ailes lents mais puissants. Des vols stationnaires sont parfois utilisés avant de fondre sur la victime. Le hibou du Cap attrape parfois des insectes qui s'approchent des sources de lumière à la périphérie des villes.

Reproduction nidification

Le hibou du Cap est monogame et territorial. Il niche parfois en colonie dispersée. Les territoires ont une taille qui varie de 0,8 à 2 kilomètres carrés mais il peut être plus réduit si les populations sont importantes. En Afrique du Sud, les nids sont distants d'environ 75 m et les territoires de deux couples voisins peuvent se chevaucher. Les mâles revendiquent leur zone d'influence en volant circulairement au-dessus d'elle, en claquant des ailes et en poussant des croassements. Pendant la parade nuptiale qui a lieu au crépuscule ou pendant les nuits de pleine lune, les couples effectuent de larges cercles dans le ciel, font également claquer leurs ailes et délivrent de puissants cris. L'accouplement a lieu sur le sol. Le nid est une cavité à l'intérieur d'une parcelle de hautes herbes. Il est souvent placé près d'un buisson et on y accède par une sorte de tunnel latéral que la femelle construit en façonnant les tiges pour former une voûte. La dépression en elle-même est garnie avec des feuilles sèches qui constituent un petit matelas. Au Maroc, on a trouvé des œufs d'hibou du Cap dans un ancien nid de corvidé, à 4 mètres au-dessus du sol. A ce jour, pour cette espèce, c'est le seul exemple de nidification n'ayant pas lieu au niveau du sol. Il arrive que, localement, le hibou du Cap niche à proximité de l'effraie du Cap. Parfois les 2 nids ne sont distants que de 20 mètres.

La nidification commence à la fin de la saison des pluies. La femelle dépose entre 2 et 6 œufs de couleur blanche dans un intervalle de 2 jours. Elle couve seule et commence son travail dès la ponte du premier œuf. Pendant la période d'incubation, le mâle ravitaille sa partenaire au nid en portant la nourriture dans ses serres et en poussant des petits cris pour la prévenir qu'il arrive. Dès qu'il atterrit, il marche à l'intérieur du tunnel et transmet la proie à la femelle, le plus souvent de bec à bec. La période d'incubation dure 27 ou 28 jours. Les petits ouvrent les yeux une semaine après l'éclosion. Aux environs de 10 jours, le disque facial est déjà bien formé et présente bien des caractéristiques de celui des adultes. A 18 jours, alors qu'ils sont encore recouverts de duvet, ils commencent à quitter le nid et explorent la végétation avoisinante. Un adulte se charge de leur protection contre les éventuelles attaques du Busard grenouillard (Circus ranivorus). Lorsqu'ils sont à l'écart du nid, les jeunes réclament leur pitance en indiquant leur position grâce à des cris et des mouvements de piétinements. Bien que n'étant pas totalement emplumés, les jeunes hiboux sont capables de voler dès l'âge de 35 jours. Néanmoins, ils restent dépendants de leurs parents pendant quelques temps encore.

Distribution

Le hibou du Cap est un oiseau du continent africain. Son aire de distribution s'étend principalement au sud du Sahara et plus particulièrement dans l'hémisphère austral, en dessous de l'équateur. Néanmoins, certaines populations isolées vivent dans l'ouest de l'Afrique, au Nigeria, au Sénégal et en Mauritanie ainsi que dans le nord-ouest du Maroc. Sur ce vaste territoire, 3 sous-espèces sont officiellement reconnues : A.c. capensis (Afrique, au sud du Sahara) - A.c. tingitanus (Maroc, et erratique en péninsule ibérique et aux îles Canaries) - A.c. hova (Madagascar).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

La population du Maroc est en déclin et est gravement menacée par la perte et la dégradation de son habitat. Les populations du sud du Sahara sont assez communes les années où les rongeurs prolifèrent. Toutefois, de nombreux dangers les guettent : les incendies, les inondations, le surpâturage par le bétail et l'usage intempestif des pesticides. Les accidents sont relativement courants : ces rapaces nocturnes son tués sur les routes ou ils s'empalent sur les fils barbelés des clôtures. Le statut de l'espèce est incertain.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 11/05/2010 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net