Labbe pomarin

Stercorarius pomarinus - Pomarine Jaeger

Systématique
  • Ordre
    :

    Charadriiformes

  • Famille
    :

    Stercorariidés

  • Genre
    :

    Stercorarius

  • Espèce
    :

    pomarinus

Descripteur

Temminck, 1815

Biométrie
  • Taille
    : 51 cm
  • Envergure
    : 125 à 138 cm.
  • Poids
    : 550 à 900 g
Longévité

15 ans

Distribution

Distribution

Description identification

C'est un format intermédiaire. Le labbe pomarin est plus corpulent que le labbe parasite mais ne possède pas la large envergure du Grand Labbe.
En phase pâle, il a un dessus brun, un dessous blanc avec une large bande pectorale brune nuancée de chamois, accentuant la forme massive de l'avant du corps. Dans cette phase, la calotte noire est nette et facilement identifiable. Les joues et parfois la gorge sont teintées de jaune. La femelle présente des flancs et un bas-ventre typiquement foncés ou fortement marbrés.
En phase sombre, le corps est entièrement brun, la gorge et les côtés du cou étant plus uniformément sombres que chez le labbe parasite.
La phase intermédiaire est extrêmement rare. Un croissant alaire blanc formé par les couvertures primaires est visible dans les deux phases et constitue un élément essentiel à son identification. Au printemps, l'adulte présente des rectrices médianes allongées, torsadées et spatulées, très différentes de celles des autres labbes. En plumage d'hiver, ces rectrices sont plus courtes ou alors absentes car endommagées. Les juvéniles sont fortement barrés au ventre, largement plus que ne le sont les juvéniles parasites.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Pomarine Jaeger,
  • Págalo Pomarino,
  • Moleiro-pomarino,
  • Spatelraubmöwe,
  • Szélesfarkú halfarkas,
  • Middelste Jager,
  • Stercorario mezzano,
  • Bredstjärtad labb,
  • Polarjo,
  • pomorník stredný,
  • chaluha pomořanská,
  • Mellemkjove,
  • leveäpyrstökihu,
  • Knopstertroofmeeu,
  • paràsit cuaample,
  • Ískjói,
  • wydrzyk tęposterny,
  • vidējā klijkaija,
  • lopatasta govnačka,
  • Средний поморник,
  • Camar-kejar pomarin,
  • トウゾクカモメ,
  • 中贼鸥,
  • นกสกัวหางช้อน,
  • 中賊鷗,

Voix chant et cris

Le labbe pomarin est plutôt silencieux loin des colonies, où il émet des séries de cris haut perchés et nasillards, au cours des disputes territoriales g-waer-g-waer-g-waer. Il lance aussi de profonds kek discordants en guise de cri d'alarme.

Habitat

Le labbe pomarin niche dans la toundra côtière. L'importance de la population d'une zone donnée est variable en fonction de l'abondance des lemmings. C'est une espèce pélagique en dehors de la période de reproduction. Elle migre vers le sud-ouest et le sud, rejoint par de forts effectifs venant de Sibérie Orientale pour aller hiverner dans l'Atlantique Tropicale et dans l'océan Indien où elle se tient à une large distance des côtes. Au cours de cette migration, la grande majorité longe les côtes de l'Europe et de l'Afrique. Rares sont ceux qui procèdent à des incursions à l'intérieur des terres.

Comportement traits de caractère

Au printemps, dans la première moitié de mai, les labbes reprennent le chemin des sites de nidification. Le passage des pomarins en direction du nord est visible des côtes. Les bandes sont en général petites et les oiseaux s'arrêtent rarement en route. Dans la seconde moitié de mai, les labbes sont quasiment parvenus à destination et traversent la Baltique. En automne, le passage vers le sud est moins direct et certains oiseaux peuvent s'octroyer une halte si les conditions sont favorables.
Le vol : Le vol du pomarin est en général direct, plus lent et lourd que celui du parasite, avec moins de planés.

Alimentation mode et régime

En dehors des sites de reproduction où il se nourrit surtout de lemmings, d'oeufs et de jeunes oiseaux, le labbe pomarin se montre plus pêcheur ou plus charognard que le labbe parasite. Plus tenace que ce dernier dans la poursuite et le parasitage des autres oiseaux marins, il attaque directement ses victimes, les tuant parfois, plutôt que de les harceler pour les faire régurgiter.

Reproduction nidification

D'ordinaire silencieux, les labbes pomarins poussent des cris aigus et nasillards au moment des disputes qui accompagnent la formation des territoires. Avant l'accouplement, le mâle se livre à un intéressant vol de parade au dessus du site de nidification, dans la toundra. Au mois de juin, la femelle bâtit un nid sommaire dans une dépression, sur le sol sec et y pond deux oeufs chamois tachés de brun. L'incubation, qui dure entre 27 et 28 jours, est assurée par le couple.

Distribution

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Le nombre de jeunes élevés est étroitement lié à l'abondance des populations de lemmings. Les années où ceux-ci sont rares, les labbes ne peuvent pas se reproduire du tout, ou ne réussiront pas à nourrir les jeunes.
Cela est dû au fait que pendant la période de reproduction, les labbes chassent plutôt les lemmings plutôt que de se nourrir aux dépens des oiseaux de mer.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 01/01/2005 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net