Macareux moine

Fratercula arctica - Atlantic Puffin

Systématique
  • Ordre
    :

    Charadriiformes

  • Famille
    :

    Alcidés

  • Genre
    :

    Fratercula

  • Espèce
    :

    arctica

Descripteur

Linnaeus, 1758

Biométrie
  • Taille
    : 36 cm
  • Envergure
    : 47 à 63 cm.
  • Poids
    : 320 à 550 g
Longévité

22 ans

Distribution

Distribution

Description identification

Aucune confusion possible pour cet oiseau marin symbole de la Ligue Française pour la Protection des Oiseaux. La silhouette est assez ronde. L'oiseau se tient dressé, bien droit. Description du plumage nuptial : dos, cou, nuque, raie sommitale et ailes entièrement noirs, dessous blanc pur, les joues, le dessus de l'œil, et les lores blancs, pattes palmées oranges. L'œil cerclé de rouge est souligné par un fin sourcil noir se prolongeant derrière lui.
Le bec est la partie la plus remarquable : grossièrement triangulaire et volumineux, il est formé de couches cornées successives, pointe rouge, base bleu foncé entourée de jaune. Il est légèrement crochu.
En dehors de l'épisode nuptial, le bec est sombre et plus petit car il perd les plaques ornementales. La face est plus foncée, devenant noirâtre et les côtés grisâtre clair. L'abdomen est gris aussi. Les pattes et les doigts deviennent jaune pâle. Le plumage du corps est le même toute l'année.
Les deux sexes sont semblables.
Le poussin est couvert de duvet brun-noir pendant les trois premières semaines.
A un mois, le duvet est tombé et le bec est plus long et foncé.
Le jeune de premier hiver commence à ressembler aux adultes, mais il reste encore plus petit et plus terne qu'eux. Son bec sombre est long et pointu, et les pattes sont roses.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Atlantic Puffin,
  • Frailecillo Atlántico,
  • Papagaio-do-mar,
  • Papageitaucher,
  • Lunda,
  • Тупик,
  • 北极海鹦,
  • Papegaaiduiker,
  • Pulcinella di mare,
  • Lunnefågel,
  • Lunde,
  • maskonur (zwyczajny),
  • mníšik bielobradý,
  • papuchalk severní,
  • Lunde,
  • lunni,
  • ,
  • ニシツノメドリ,

Voix chant et cris

Les émissions sonores du macareux moine sont sommaires. En effet, elles se résument à des sons plaintifs et étouffés émis sur les sites de nidification.

Habitat

Le clown de mer, c'est un de ses surnoms, est un oiseau pélagique. Il passe le plus clair de son temps en haute mer. Seule la reproduction le contraint à se rendre sur la terre ferme. Il niche sur les pentes herbeuses et les falaises, sur les côtes insulaires ou continentales. Les populations les plus conséquentes se reproduisent en : Islande (2 à 3 millions de couples), Irlande, Ecosse, aux Shetlands, Scandinavie...L'aire de répartition du macareux moine est strictement nord-atlantique.

Comportement traits de caractère

Macareux moine
adulte nuptial

Le macareux moine utilise son grand bec pour stocker ses proies. Il plonge des airs ou de la surface, et nage sous l'eau en s'aidant de ses courtes ailes. Il avale ses proies sous l'eau, sauf quand il nourrit son poussin.
Le macareux moine est très grégaire en été, nichant et vivant en colonies. Le bec est utilisé pour les parades nuptiales, car quand il est orné des couches cornées et colorées, il attire les femelles. L'accouplement a lieu sur l'eau.
Le vol : Le macareux dispose de courtes ailes très propices à la nage mais beaucoup moins au vol. La faible portance le contraint donc à battre des ailes très rapidement pour se déplacer dans les airs, ce qui lui donne une allure typique. Il est capable de s'envoler soudainement du sol pour contourner la colonies en grands groupes. Il peut aussi courir sur la surface de l'eau pour prendre les airs.

Alimentation mode et régime

Le régime du macareux est essentiellement piscivore (motelles, lançons...) mais il consomme aussi des crustacés et des mollusques. Il recherche sa nourriture en nageant sous l'eau en groupes, et il peut porter jusqu'à 30 poissons à la fois dans son bec.

Reproduction nidification

Grégaire, cet Alcidé niche en colonies parfois vastes (plusieurs dizaines de milliers d'individus en Islande par exemple). L'œuf est déposé dans un terrier creusé préalablement (l'oiseau profite aussi des garennes) dans un secteur herbeux, ou sous un rocher. Ils peuvent occuper le même terrier plusieurs années de suite. Il est profond d'environ 60 cm à 1,20 mètre. Le nid est tapissé de plumes, herbes ou algues.
La femelle dépose un seul œuf rond et blanc, taché de brun, entre juin et juillet. L'incubation est assurée par les 2 partenaires pendant 39 à 43 jours. L'adulte coince l'œuf sous une aile, et appuie son corps de ce côté. Le poussin est nourri de petits poissons que les adultes stockent préalablement, coincés dans le bec, lors de la pêche. Les parents repartent en mer au bout de 40 jours, laissant le petit seul, et ne reviendront qu'en mars l'année suivante. Il va jeûner pendant une semaine, avant de sauter de la falaise pour aller se nourrir dans la mer. Il ne volera que vers 49 jours.
La première nidification intervient à 5 ou 6 ans. La France héberge une population relictuelle en Bretagne qui se situe en limite sud d'aire de répartition.
Cette espèce produit une seule couvée par saison.

Distribution

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Espèce en danger en France. La population relictuelle située en Bretagne compte entre 240 et 280 couples (effectif en diminution quasi-constante depuis 1950 environ) pour 10 000 couples en 1950. Espèce vulnérable en Europe. Les populations de cette espèce sillonnant les mers en période postnuptiale, subit de plein fouet les marées noires et dégazages à répétition (exemples récents sur l'Atlantique : le Prestige et l'Erica). A cela viennent s'ajouter les prises accidentelles dans les filets maillants. La diminution de la ressource halieutique liée à une pêche industrielle excessive a aussi sa part de responsabilités. La population mondiale de macareux moine compte entre 5 et 7 millions d'individus.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 12/01/2004 par Alexandre Knochel © 1996-2017 Oiseaux.net