Mésange lugubre

Poecile lugubris - Sombre Tit

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Paridés

  • Genre
    :

    Poecile

  • Espèce
    :

    lugubris

Descripteur

Temminck, 1820

Biométrie
  • Taille
    : 15 cm
  • Envergure
    : 21 à 23 cm.
  • Poids
    : 16 à 19 g
Distribution

Distribution

Description de la famille

Les paridés sont des passereaux corpulents de taille petite à moyenne. La couleur de leur plumage résulte essentiellement de la combinaison de jaune, rouge, bleu, noir et blanc. Les parties colorées sont d'habitude bien tranchées et dépourvues de stries ou taches. Leur bec est droit, assez cou... lire la suite

Description identification

En plumage frais (fin août-mars), le mâle adulte présente une calotte et une nuque brun fuligineux qui contrastent faiblement avec le reste des parties supérieures brun terne nuancé de cannelle. La queue affiche une couleur gris-brun foncé avec des bordures gris-olive clair. Les ailes sont semblables au dessus, les grandes couvertures étant liserées de gris-brun olive ou de blanchâtre, le reste des couvertures présentant diverses teintes de gris avec des bordures pâles. Les joues, les oreillons et les côtés du cou sont blancs, les couvertures auriculaires étant bordées de cannelle. Le menton, la gorge et la partie basse des joues sont noir fuligineux. Les plumes des joues et du bas de la gorge sont terminées de blanc, si bien que les rebords de la bavette sont mal définis. Les parties inférieures sont blanchâtres, légèrement lavées de gris. La couleur cannelle des côtés de la poitrine se fond dans le gris clair des flancs. Le dessous des ailes et les axillaires sont blanchâtres. En plumage usé (avril-juillet), la calotte est plus terne, plus brune. Le dessus présente un aspect plus gris. Les bordures claires de la queue sont partiellement rognées. Les parties inférieures paraissent plus blanc sale, contrastant moins avec les flancs plus pâles. Pendant toute l'année, les parties nues demeurent inchangées : l'iris est brun. Le bec est gris corne ou noir-corne avec des bords tranchants plus clairs. Les pattes et les pieds sont gris foncé.
La femelle adulte n'est pas très différente de son partenaire. Sa calotte est parfois gris-brun, contrastant à peine avec le manteau, mais elle peut être également aussi sombre que celle du mâle. La bavette est brune plutôt que noirâtre. Le lavis gris des parties inférieures est plus prononcé. Les juvéniles ressemblent à la femelle adulte. Ils ont cependant un dessous plus blanc et une bavette gris-brun.

Indications subspécifiques 5 Sous-espèces

  • Poecile lugubris lugubris (Balkan Pen. to n Greece)
  • Poecile lugubris lugens (c and s Greece)
  • Poecile lugubris anatoliae (Asia Minor s to n Israel)
  • Poecile lugubris dubius (w Iran)
  • Poecile lugubris kirmanensis (se Iran)

Noms étrangers

  • Sombre Tit,
  • Carbonero lúgubre,
  • Chapim-sombrio,
  • Trauermeise,
  • Füstös cinege,
  • Rouwmees,
  • Cincia dalmatina,
  • Balkanmes,
  • Balkanmeis,
  • sýkorka smútočná,
  • sýkora temná,
  • Sørgemejse,
  • balkanintiainen,
  • mallerenga fosca,
  • Grámeisa,
  • sikora żałobna,
  • sēru zīlīte,
  • žalobna sinica,
  • Средиземноморская гаичка,
  • バルカンコガラ,
  • 暗山雀,
  • 灰暗山雀,

Voix chant et cris

Le cri est un 'tsi-tsi-tsi-tsi-tchrrrè' rèche et typique, rappelant à la fois celui de la Mésange bleue et du moineau. Le chant est une série de notes rapides comme celui de la nonnette mais avec une tonalité plus grinçante. C'est un 'pieup-psieup-psieup' vibrant et sonore, présentant quelques variantes. .

Habitat

C'est un oiseau typique du maquis, avec des buissons et des arbres épars, en particulier des oliviers et d'autres arbres fruitiers. Il fréquente les broussailles de chêne (surtout les zones résiduelles de chêne pubescent), les cèdres et les pins situés sur les versants arides et rocailleux recouverts de blocs de pierre ; Ces zones boisées sont souvent en alternance avec des petites parcelles de terre cultivée. On le trouve également dans les véritables forêts de chênes, de hêtres, de cèdres et de pins, dans les plantations d'oliviers, dans les saules et les peupliers situés sur les rives des cours d'eau, dans les vergers, les vignes et les parcs. Dans le sud de l'Iran, il vit souvent dans les régions d'amandiers et de pistachiers. Selon les pays, il est présent à des altitudes diverses : de 700 à 2000 mètres dans le Péloponèse, jusqu'à 2100 mètres en Turquie, de 800 à 1000 mètres dans le nord-ouest de l'Iran, entre 1250 et 2400 m dans les monts Zagros et 1900 à 2800 mètres dans la province de Kerman.
La mésange lugubre est endémique de l'est du bassin méditerranéen, du Proche et du Moyen-Orient. Elle y est répartie en 4 sous-espèces : la race nominale Lugubris vit dans les BAlkans, en Serbie, Roumanie, Bulgarie et en Grèce jusqu'à l'île de Crête. La race Anatoliae vit dans l'île de Lesbos, en Turquie, dans l'ouest de la Géorgie, le sud-ouest de l'Azerbaïdjan, le Levant, le nord de l'Irak et le nord-ouest de l'Iran. La race Dubius peut être observée dans les monts Zagros, à l'ouest de l'Iran. On trouve la race Kirmanensis dans les montagnes désolées du sud de l'Iran, plus particulièrement dans la province de Kerman. Toutes ces races sont sédentaires, hormis la race Dubius qui effectue une courte migration hivernale dans le nord-est de l'Irak, dans les collines situées au pied des monts Zagros. Pour cette dernière, il s'agit plutôt d'une migration altitudinale, les oiseaux redescendant entre 600 et 900 mètres pendant la mauvaise saison.

Comportement traits de caractère

Elles sont moins grégaires que de nombreuses autres espèces de mésanges. On les trouve en couples et parfois en solitaire pendant la période hivernale, ce qui ne les empèche pas de se rassembler en bandes lâches en automne et en hiver, souvent en association avec d'autres mésanges. Réputées souvent timides, les mésanges lugubres recherchent leur nourriture dans les branches basses des arbres, les petits arbrisseaux et parfois même à terre, mais elles retournent toujours se percher sur la branche la plus proche. Elles se nourrissent également dans les herbes, sur d'épaisses branches pourvues de bourgeons. Elles grimpent aussi le long des troncs à la manière des sittelles et elles capturent des proies en vol à la manière des gobemouches. Néanmoins, de manière générale, elles sont moins explosives et moins acrobates que la plupart des autres mésanges.

Alimentation mode et régime

La mésange lugubre possède un régime mixte. Elle consomme des insectes et des graines. Prévoyante, elle engrange des réserves pour l'hiver.

Reproduction nidification

La saison de nidification se déroule de mars à juillet, mais il y a quelques variations en fonction des régions et de l'altitude fréquentées. Le nid est placé dans un trou d'arbre, la plupart du temps un arbre fruitier. Les observations sont peu abondantes, mais on a acquis la certitude que cette espèce creuse sa propre cavité dans du bois en décomposition. Plus rarement, le nid est situé dans les rochers ou sur une berge rocheuse, au moins jusqu'à 7 mètres au-dessus du sol. Cet oiseau ne dédaigne pas utiliser les nichoirs artificiels. L'intérieur de la coupe, construite avec de la laine et des fibres végétales, est garni de plumes. La ponte contient 5 à 7 oeufs blancs finement tachés de rougeâtre que la femelle couve seule pendant une période qui dure entre 12 et 14 jours. Les deux parents nourrissent les oisillons qui restent au nid jusqu'à parfois 22 jours. Certaines années, jusqu'à 20% des couples mènent à terme deux couvées. En Israël, les mésanges lugubres nichent couramment deux fois.

Distribution

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Sa répartition est inégale selon les régions : généralement assez rare ou locale, elle est assez répandue dans l'Ouest de la Turquie et plutôt commune en Iran, dans la province du Kerman et les Monts Zagros. L'espèce montre de sérieux signes d'essoufflement en Bulgarie. A contrario, elle a colonisé récemment la Transylvanie et le nord de la Roumanie.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 29/08/2007 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net