Pic maculé

Sphyrapicus varius - Yellow-bellied Sapsucker

Systématique
  • Ordre
    :

    Piciformes

  • Famille
    :

    Picidés

  • Genre
    :

    Sphyrapicus

  • Espèce
    :

    varius

Descripteur

(Linnaeus, 1766)

Biométrie
  • Taille
    : 21 cm
  • Envergure
    : 34 à 40 cm.
  • Poids
    : 43 à 55 g
Longévité

6 ans

Distribution

Distribution

Description de la famille

Les picidés sont des oiseaux de la taille d'un moineau à celle d'une corneille. Ils sont adaptés morphologiquement à la vie arboricole. Leurs pattes solides sont pourvues de quatre longs doigts (rarement trois) terminés de griffes puissantes, deux tournés vers l'avant et deux vers l'arrière, ... lire la suite

Description identification

C'est un petit pic avec un bec bref et rectiligne terminé en forme de ciseaux. Hormis le Pic à tête rouge (Sphyrapicus nuchalis), il ne peut être confondu avec aucune autre espèce. Chez les adultes, les parties supérieures sont sombres avec des mouchetures ou des stries blanches. Le croupion est blanc. En dessous de la large tache pectorale noire, les parties inférieures sont jaunâtre pâle avec des vagues stries foncées. Les ailes sont barrées de blanc et portent une large tache blanche sur les couvertures. La tête est décorée de multiples ornements très caractéristiques : le front et le capuchon rouges sont encerclés par une large bordure noire qui devient plus épaisse sur l'arrière de la tête. La face et le cou sont traversés par de nombreuses stries noires et blanches. La gorge est blanche chez la femelle, rouge chez le mâle. Chez ce dernier, elle est délimitée par une moustache noire qui rejoint la bande noire de la poitrine. Le bec est gris-ardoise à noir. Les pattes sont bleu-gris ou gris verdâtre. Les iris sont brun foncé.
Les juvéniles ont une apparence générale plus brune que les adultes. Ils n'acquièrent la totalité de leur plumage adulte qu'au printemps de la seconde année. Ils ont des barres pâles sur le dessus et des marques sombres sur le dessous qui donnent à cette partie un aspect fortement écaillé. Ils n'ont pas de bande pectorale noire. Les jeunes mâles acquièrent du rouge sur la gorge assez rapidement mais ils n'obtiennent leur belle calotte écarlate qu'à la fin du premier hiver.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Yellow-bellied Sapsucker,
  • Chupasavia Norteño,
  • Pica-pau-de-barriga-amarela,
  • Gelbbauch-Saftlecker,
  • sárgahasú cukorharkály,
  • Желтобрюхий дятел-сосун,
  • 黄腹吸汁啄木鸟,
  • Geelbuiksapspecht,
  • Picchio panciagialla,
  • Gulbröstad savspett,
  • Kanadasevjespett,
  • oskomik czerwonogardły,
  • miazgojed žltobruchý,
  • datel rudohrdlý,
  • Gulbuget Saftspætte,
  • mahlatikka,
  • ,
  • シルスイキツツキ,

Voix chant et cris

La plupart des cris de cet oiseau ont une qualité nasale. Ils ressemblent à des miaulements et ils sont parfois également comparés au chuintement d'un soufflet. Au début de la saison de nidification, on peut entendre un simple "naaah" ou des groupes de notes "wee-wee-wee-wee" qui alternent avec des tambourinages. Aux approches du nid, le pic maculé produit aussi un "kwee-urk" qui est sans doute un cri territorial.

Habitat

Les pics maculés nichent dans le nord du continent américain. On les trouve dans les forêts mixtes de feuillus et de conifères. En été, ils ont absolument besoin de trembles (populus) qui jouent un rôle essentiel dans la nidification. Les bouleaux et les noyers blancs d'Amérique (Carya) ont également une grande importance à cette époque. Les pics maculés hivernent dans les milieux forestiers. Ils évitent généralement les parcelles qui sont composées uniquement de conifères. On les trouve plutôt à la lisière des zones boisées ou dans de nombreux habitats semi-ouverts. A cette époque de l'année, ils fréquentent les forêts de montagne, principalement entre 900 et 3000 mètres, mais ils descendent aussi parfois jusqu'au niveau de la mer. Ils visitent régulièrement les grands arbres dans les pâtures, les clairières et les régions semi-ouvertes. Ils pénètrent même à la périphérie des villes.

Comportement traits de caractère

Bien que des petits groupes se forment parfois pendant la migration, le pic maculé est un oiseau plutôt solitaire en dehors de la période de reproduction. C'est un oiseau très discret pendant la période hivernale. Les branches vivantes situées à l'étage inférieur des arbres constituent son lieu privilégié de nourrissage au printemps. Le pic maculé creuse des trous peu profonds dans les troncs pour collecter la sève. Ces trous sont alignés verticalement ou horizontalement. Au printemps, il utilise des trous qui ont déjà été perforés précédemment ou des blessures sur l'écorce de l'arbre. En automne, lorsque les insectes viennent à manquer et que la sève devient sa source principale de nourriture, il creuse de nouveaux trous. Le pic maculé descend à terre pour chasser les fourmis charpentières. Au printemps, lorsque les arthropodes composent la partie principale du régime, il se comporte comme un véritable pic, perforant le bois mort et arrachant des lanières d'écorce pour mettre à jour les fourmis et leurs larves. Les poursuites aériennes pour capturer les insectes jouent également un rôle non négligeable. Le pic maculé est capable de se pendre aux extrémités des branches quand il veut atteindre les bourgeons.

Pendant les parades, le pic maculé raidit son corps et dresse le bec verticalement vers le ciel. Il balance la tête en rythme de droite à gauche tout en déployant la queue. Les plumes de son capuchon et de sa gorge sont hérissées, ses ailes sont légèrement ouvertes et la main est agitée de petits tremblements. Quand il rencontre un opposant ou un partenaire, il pointe le bec dans sa direction et effectue des hochements de tête. Pendant une autre parade censée consolider les liens du couple, le pic maculé tape des petits coups, hérisse les plumes de sa calotte et de sa gorge. Au paroxysme de la parade, les ailes sont étendues latéralement, les points dirigées vers le bas.

Le pic maculé est une espèce très migratrice. A partir de la fin août , le oiseaux commencent à descendre vers le sud en petites bandes. Ce mouvement se poursuit jusqu'au début du mois de novembre. Les femelles poursuivent leur route plus au sud que leurs partenaires, si bien que les mâles sont de retour avant elles sur les lieux de nidification au printemps. La migration de retour s'effectue à la fin du mois d'avril ou au début du mois de mai. En hiver, certains oiseaux vagabonds atteignent l'ouest du continent européen (Islande, Irlande, Grande-Bretagne).

Alimentation mode et régime

Les pics maculés consomment des coléoptères, des fourmis et leurs larves, des papillons et des libellules. Toutefois, excepté pendant la période de reproduction où les insectes constituent près de la moitié du régime, ces oiseaux s'alimentent surtout avec la sève des arbres. Les pics maculés collectent cette denrée dans toutes sortes de feuillus et de conifères, les plus communs étant les peupliers, les saules, les bouleaux, les érables, les noyers blancs d'Amérique ainsi que les pins, les épicéas et les sapins. Au printemps, ils ingurgitent des bourgeons. Ils consomment occasionnellement des baies qui sont également données aux petits en cas de pénurie. Les pics maculés se nourrissent de fruits surtout pendant la période qui va d'octobre à février.

Reproduction nidification

La saison de nidification se déroule de la fin avril au mois de mai. La plupart des nids sont trouvés dans des arbres en relative bonne santé, à une hauteur qui varie de 3 à 14 mètres. Les pics maculés creusent de préférence dans une partie molle et pourrissante de l'arbre et réutilisent souvent cette cavité pendant plusieurs années consécutives. Néanmoins, certains couples choisissent de creuser un nouveau nid chaque année. Le mâle choisit l'emplacement et prend en charge la grande majorité des travaux qui durent entre 15 et 28 jours. Les deux parents continuent à creuser même lorsque les oeufs sont éclos. Les pontes ont une taille différente selon les régions : elles augmentent progressivement du sud au nord. Elles contiennent généralement entre 4 et 7 oeufs. Les deux partenaires couvent à tour de rôle pendant 12 ou 13 jours et se partagent équitablement le ravitaillement des jeunes. Le mâle s'occupe plus particulièrement du nettoyage du nid. Les jeunes oisillons s'envolent au bout de 28-29 jours mais ils ne deviennent totalement indépendants que 2 semaines plus tard.

Distribution

Les pics maculés ont deux aires totalement différentes. Pendant la saison de nidification, ils se reproduisent du centre de l'Alaska jusqu'à Terre-Neuve. La limite sud de leur aire se situe en-deçà d'une ligne qui va du sud de l'Alberta jusqu'en Caroline du Nord en passant par le nord de l'Iowa et la Pennsylvanie. Pendant la saison hivernale, les pics maculés migrent vers le sud. Leur aire d'hivernage couvre alors le sud-est des Etats-Unis, de la Virginie jusqu'en Floride et vers l'est jusqu'au Texas. Elle se poursuit dans toute l'Amérique Centrale, du Rio Grande jusqu'à l'isthme de Panama. A cette époque de l'année, les pics maculés occupent également les principales îles des Antilles, de Cuba jusqu'à Porto-Rico.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Le pic maculé fait partie de ces espèces qui ont bénéficié de la déforestation. La création d'espaces ouverts lui ont permis de coloniser de nouveaux territoires. L'espèce est commune et les effectifs paraissent stables.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 17/02/2009 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net