Tourterelle orientale

Streptopelia orientalis - Oriental Turtle Dove

Systématique
  • Ordre
    :

    Columbiformes

  • Famille
    :

    Columbidés

  • Genre
    :

    Streptopelia

  • Espèce
    :

    orientalis

Descripteur

(Latham, 1790)

Biométrie
  • Taille
    : 35 cm
  • Envergure
    : 55 à 56 cm.
  • Poids
    : 165 à 274 g
Distribution

Distribution

Description identification

Le mâle adulte possède un front chamois-gris et un capuchon bleu-gris qui se fond dans le brun terre foncé de la nuque et du manteau. Les plumes du bas du manteau sont bordées de brun chaleureux, les scapulaires ont de larges liserés roux foncé ou châtain terne. Les petites couvertures ont des liserés plus pâles et nettement plus étroits que ceux des scapulaires. Les plumes des tertiaires, des grandes et des moyennes couvertures ont de fines bordures rousses devenant plus grises sur l'extérieur et affichant des terminaisons chamoisées, ce qui crée un effet de barre alaire. Le reste des ailes et les secondaires ont des bordures gris-pigeon. Les primaires sont gris brunâtre avec des liserés chamois clair. Le croupion est gris-bleu foncé. Le dessus de la queue présente une teinte noir grisâtre avec une large bande terminale gris ardoisé.
Le menton et la gorge sont chamois-crème, les couvertures auriculaires et le devant du cou sont rose vineux. Sur le cou, on peut apercevoir chez la plupart des oiseaux une tache noire dont les plumes alignées ont une large terminaison bleu-gris. La poitrine et l'abdomen sont vineux terne se fondant dans un peu de chamois clair. Les sous-caudales sont grises. Le dessous des ailes est gris-pigeon mais avec un bord de traîne noir au niveau des rémiges.
Les iris sont jaune-orange, la peau nue orbitale varie du violet au magenta. Le bec est rouge violacé à la base et gris-corne à l'extrémité. Les pieds sont violet rougeâtre avec des doigts bruns.
La femelle ressemble à son partenaire. Cependant, l'ensemble du plumage est plus terne alors que le cou et la poitrine sont plus bruns. Les juvéniles sont semblables aux adultes mais l'ensemble de leur livrée est plus pâle. Les liserés des scapulaires et des couvertures alaires sont plus étroits, plus clairs et moins constrastés par rapport aux centres. L'effet de barre est plus flagrant sur les ailes.

Indications subspécifiques 6 Sous-espèces

  • Streptopelia orientalis orientalis (c, e Asia through India and Southeast Asia)
  • Streptopelia orientalis meena (sw Siberia to Iran and the Himalayas)
  • Streptopelia orientalis stimpsoni (Ryukyu Is.. Japan.)
  • Streptopelia orientalis orii (Taiwan)
  • Streptopelia orientalis erythrocephala (s India)
  • Streptopelia orientalis agricola (ne India to Burma and sc China)

Noms étrangers

  • Oriental Turtle Dove,
  • Tórtola Oriental,
  • Rola-oriental,
  • Orientturteltaube,
  • Keleti gerle,
  • Большая горлица,
  • 山斑鸠,
  • Oosterse Tortel,
  • Tortora orientale,
  • Större turturduva,
  • Mongolturteldue,
  • turkawka wschodnia,
  • hrdlička stepná,
  • hrdlička východní,
  • Østlig Turteldue,
  • idänturturikyyhky,
  • ,
  • キジバト,

Voix chant et cris

Le cri d'avertissement, fort différent de celui de la Tourterelle des bois, semble varier selon les régions. Au Japon, les oiseaux de la race nominale émettent un "deh-deh co-co", les 2 premières notes étant montantes et les 2 dernières descendantes. En Asie Continentale, le cri est assez semblable mais les phrases ne contiennent que 2 notes basses, résonnantes et rudes : " hoo-hoo, hoo-hoo, hoo-hoo", ce qui rappelle beaucoup le gargouillement des pigeons arboricoles du genre Columba. Le cri de la sous-espèce meena est décrit comme rude et plutôt lugubre : "goor.....gur-grugroo", la note finale "groo" étant particulièrement sinistre. En Asie du Sud-Est, les populations de la race agricola produisent un cri enroué "wu, whrroo-whru ru" qui peut avoir de légères variations.

Habitat

Les tourterelles orientales préfèrent généralement les lisières des forêts et les terres agricoles partiellement boisées dans les parties les plus tempérées du Paléarctique et des zones tropicales. Elles vivent des régions basses de plaine jusqu'à environ 4 000 mètres d'altitude. Ces oiseaux dédaignent habituellement les zones boisées épaisses, à moins qu'elles ne soient situées à proximité de contrées ouvertes ou de zones désertiques. Ils recherchent leurs nourriture dans les terres cultivées et plus particulièrement dans les champs recouverts de chaume.

Comportement traits de caractère

Le tourterelles orientales vivent en solitaire, en couples ou en petites bandes. Au passage pendant la migration ou dans les lieux où les ressources sont abondantes, ils forment de plus grands rassemblements. Ces oiseaux ont un vol relativement lourd et direct constitué de battements d'ailes moins saccadés que ceux des tourterelles des bois. Les populations qui vivent dans le nord de l'aire sont migratrices. Elles quittent leurs terres de nidification situées en Sibérie, en Mongolie et en Chine d'août à octobre et elles n'y reviennent pas avant avril ou mai. Pendant la saison hivernale, elles élisent domicile sur le subcontinent indien et dans le sud-est asiatique où elles se mélangent avec les races sédentaires qui y résident déjà. Dans le sud du Japon, de nombreux oiseaux sont présents pendant toute l'année. Pendant l'hiver, ils sont rejoints par des populations qui proviennent des îles situées plus au nord.

Alimentation mode et régime

Les tourterelles orientales se nourrissent de végétaux qu'ils trouvent principalement sur le sol. Ces oiseaux pénètrent dans les rizières et les champs de céréales. Ils consomment également des graines de pins, des herbes, des jeunes pousses de bambou ou d'autres plantes. Dans l'ex-URSS, on a pu les observer arrachant des fruits sur les branches de prunier sauvages.

Reproduction nidification

La saison de nidification est généralement très allongée : dans le sud du Japon, elle dure notamment de février à novembre. Toutefois, dans les parties les plus septentrionales, en Sibérie, elle est réduite de mai à août. Dans l'ouest du subcontinent indien, la race meena se reproduit de mai à début juillet alors que, plus au sud, la race erythrocephala pond ses œufs de novembre à janvier-février. Le vol de parade est semblable à celui de la touterelle des bois (Streptopelia turtur) : les mâles volent presque verticalement en donnant de puissants battements d'ailes puis ils planent en direction d'un perchoir en décrivant un grand arc de cercle, la queue deployée et les ailes dirigées nettement vers l'avant. Les tourterelles orientales effectuent également des rituels de salutation au cours desquels le mâle marche vers la femelle en adoptant une démarche ferme et sautillante ainsi qu'en inclinant la tête et en ébourriffant les plumes de son cou.
Dans presque tous les cas, le nid est une fragile plate-forme qui est construite avec des brindilles et dont le fond est garni avec un minimum de végétaux. Il est placé dans un arbre ou dans un arbuste à une hauteur qui varie de 1 mètre 50 à 10 mètres au-dessus du sol. Occasionnellement, il est directement posé sur le sol. La femelle dépose 2 œufs blancs qui sont couvés à tour de rôle par les deux parents pendant 15 ou 16 jours. Les œufs éclosent à un jour d'écart. Les jeunes oisillons sont nourris par les deux adultes et prennent leur envol au bout de 15 à 17 jours.

Distribution

Les tourterelles orientales sont originaires du continent asiatique du sud-ouest de l'Oural jusqu'à l'île Sakhaline. Leur aire de distribution s'étend en direction de l'ouest et du sud jusqu'au Kazakhstan, jusqu'à l'est de l'Iran, l'Afghanistan et le sud de l'Inde. En direction de l' est, elle va jusqu'au Japon, l'archipel des Ryukyu, Taïwan et le nord de la péninsule indochinoise. Certains oiseaux hivernent au sud de l'Himalaya, parfois jusqu'au Sri Lanka et au centre de la Thaïlande. En dehors de la saison de nidification, d'autres errent jusqu'en Europe. Sur ce très vaste territoire de plusieurs millions de kilomètres carrés, on reconnaît officiellement 6 sous-espèces : S. o. orientalis, la race nominale (niche en Sibérie Centrale en diection de l'est jusqu'au Japon, Sakhaline et les îles Kouriles, également dans toute la Chine et le nord de la péninsule indochinoise) - S. o. meena (sud-ouest de la Sibérie jusqu'aux monts Altaï, Kazakhstan, Afghanistan, nord du Pakistan, Inde de l'ouest jusqu'au Népal) - S. o. erythrocephala (péninsule indienne du Bihar et de l'Orissa en direction du sud jusqu'à Mysore) - S. o. agricola (nord-est de l' Inde, du Bihar et de l'Orissa jusqu'en Thaïlande en passant par l'Assam et le Bangladesh) - S. o. stimpsoni (archipel des Ryukyu) - S. o. orii (Taïwan).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les tourterelles orientales sont relativement communes sur leurs lieux de nidification et sur leurs terres d'hivernage. Localement, elles subissent la pression de la chasse et elles sont très rares à proximité des habitations. D'après Birdlife, les effectifs ne sont pas quantifiés mais compte tenu de l'immense superficie de leur territoire, l'espèce est considérée comme de préoccupation mineure.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 24/04/2012 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net