Râle d'eau

Rallus aquaticus - Water Rail

Systématique
  • Ordre
    :

    Gruiformes

  • Famille
    :

    Rallidés

  • Genre
    :

    Rallus

  • Espèce
    :

    aquaticus

Descripteur

Linnaeus, 1758

Biométrie
  • Taille
    : 28 cm
  • Envergure
    : 38 à 45 cm.
  • Poids
    : 85 à 135 g
Longévité

6 ans

Distribution

Distribution

Description identification

Le râle d'eau se distingue aisément des autres râles et des marouettes par son bec rougeâtre long et mince. Les adultes ont la face et les parties inférieures gris-ardoise. Le manteau et les couvertures alaires sont brun agrémenté de motifs réguliers noirs. Les flancs sont nettement barrés de noir et de blanc, les pattes sont rosées. Les juvéniles ont une allure assez semblable à l'adulte, cependant plus terne et plus brun sur le dessus, moins gris dessous. Dans de mauvaises conditions, le râle d'eau peut être confondu avec la Marouette ponctuée. Toutefois, cette dernière possède un bec plus court et des pattes vertes et non roses.

Indications subspécifiques 3 Sous-espèces

  • Rallus aquaticus hibernans (Iceland)
  • Rallus aquaticus aquaticus (Europe, n Africa, w Asia)
  • Rallus aquaticus korejewi (Aral Sea and Iran to nw China and Kashmir)

Noms étrangers

  • Water Rail,
  • Rascón Europeo,
  • Frango-d'água,
  • Wasserralle,
  • Guvat,
  • Waterral,
  • Porciglione eurasiatico,
  • Vattenrall,
  • Vannrikse,
  • chriašteľ vodný,
  • chřástal vodní,
  • Vandrikse,
  • luhtakana,
  • rascló occidental,
  • Keldusvín,
  • wodnik (zwyczajny),
  • dumbracālis,
  • mokož,
  • Водяной пастушок,
  • クイナ,
  • *普通秧鸡,
  • 普通秧雞〔西方秧雞〕,

Voix chant et cris

Le cri habituel du râle peut être assimilé à celui d'un cochon qu'on égorge. Il s'élève brusquement de la végétation, s'accélérant et se terminant par des petits grognements. Il est émis habituellement au crépuscule ou lorsque l'oiseau est dérangé. Le chant de la femelle, nocturne et printanier peut être restitué comme un tic tic tic ... trui métallique et répété. Il peut être parfois confondu avec le chant de la Marouette poussin qui est toutefois plus aigu et moins musical.

Habitat

Le jour le râle d'eau vit caché dans les roseaux touffus des étangs, marais et rivières aux eaux peu profondes, bien qu'on puisse parfois l'apercevoir en limite de roselière. Il migre à l'automne vers le sud-ouest de l'Europe.

Comportement traits de caractère

Avec son corps mince et comprimé latéralement, ses fortes pattes et ses courtes ailes le râle d'eau est parfaitement profilé pour s'insérer vivement et sans peine dans la végétation dense des marais. De nature paisible, il explore les végétaux aquatiques en quête de nourriture, sa queue brève agitée de mouvements incessants. En alerte, il se fige sur place puis finit par se précipiter à couvert. Le râle préfère courir que voler. Cependant, lorsqu'il se décide à prendre son envol, il stagne à faible hauteur, au ras de la végétation, les pattes pendantes et ne tarde pas à se poser. Il peut également nager sur de courtes distances mais il ne s'éloigne jamais du couvert. Malgré ses longs doigts en apparence peu adaptés, le râle peut se percher au sommet des joncs, des roseaux et même sur les branches des arbres.

Alimentation mode et régime

Le râle d'eau se sert de son long bec effilé pour se nourrir. Grâce à lui, il fouille la vase à la recherche de vers et de sangsues et brise la carapace des crevettes d'eau douce, des écrevisses et des insectes. Il mange également des petits poissons et consomme des éléments végétaux tels que les racines, les graines, les baies et parfois les céréales. Par temps de grands froids, il peut procéder à la prédation de petits passereaux. Au départ, les jeunes râles sont nourris par les adultes qui leur apportent des larves, des araignées et des crevettes d'eau douce mais ils acquièrent bien vite leur autonomie et apprennent à se nourrir seuls.

Reproduction nidification

La formation du couple donne lieu à de nombreux préliminaires : avant l'accouplement, la femelle émet des petits cris, effectue des allées et venues devant le mâle, tourne autour de lui et frotte son bec contre le sien. Le mâle répond à ses sollicitations en lui lissant les plumes de la nuque à l'aide du bec. Une fois les deux partenaires appariés, ils sont prêts à partager l'incubation et l'éducation des jeunes. Auparavant, c'est la femelle qui choisit l'emplacement du nid, en général dans la végétation dense, parmi les roseaux, dans une grosse touffe de longues herbes ou sous un buisson fourni. Le mâle assiste la femelle dans la construction du nid dont le diamètre qui varie entre 13 et 16 cm peut paraître disproportionné par rapport à la taille de l'oiseau. D'une architecture grossière, bâti de tiges de roseaux et garni de feuilles mortes, il est souvent coiffé d'un toit de joncs propre à dissimuler les oeufs ou le râle qui les couve. Les 6 à 10 oeufs sont pondus en quelques jours et couvés à tour de rôle par les deux adultes qui se relaient environ toutes les deux heures, pendant 19 à 21 jours. A l'éclosion, les poussins sont couverts d'un duvet noir (voir illustration). Au début, ils sont nourris régulièrement et approximativement toutes les dix minutes mais ils apprennent vite à manger seuls. Ils acquièrent leur plumage définitif au bout de 7 à 8 semaines.

Distribution

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 01/10/2003 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net